Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le tireur de Paris court toujours

Il a sorti un fusil et a tiré deux fois sur «Libé»




Le tireur de Paris court toujours
Le tireur soupçonné d'avoir grièvement blessé lundi un jeune homme à Libération et d'avoir tiré sur le siège de la Société Générale à La Défense restait introuvable et n'était pas identifié mardi, malgré l'appel à témoins lancé par les enquêteurs.
La PJ a reçu "plusieurs centaines d'appels", a indiqué mardi matin une source proche du dossier. Mais l'homme qui semble avoir agi seul n'avait "toujours pas été identifié".
Après avoir fait un point avec les enquêteurs du 36 quai des Orfèvres lundi soir, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a placé ses espoirs dans l'appel à témoins. Le suspect, un homme de 35 à 45 ans, de type européen, a jusqu'ici réussi à passer entre les mailles du filet de la brigade criminelle.
M. Valls a promis de "tout faire" pour interpeller ce "véritable danger" avec cette mise en garde: "Tant qu'il n'a pas été interpellé, nous savons qu'il peut agir".
La traque a débuté lundi en milieu de matinée quand le tireur a grièvement blessé un assistant photographe de 23 ans dans le hall du quotidien Libération, avant de tirer une heure et demie plus tard sur le siège de la Société Générale dans le quartier de La Défense. L'homme était armé d'un fusil à crosse et canon sciés.
Peu après cette fusillade, un automobiliste a affirmé à la police qu'un "individu armé l'avait pris en otage" pendant près de 20 minutes, le contraignant à l'emmener jusqu'aux Champs-Elysées où il s'est fait déposer.
L'automobiliste a affirmé que l'homme lui avait dit "sortir de prison, être prêt à tout, et avoir une grenade" dans son sac, a indiqué une source judiciaire à l'AFP.
Malgré le survol de la zone par un hélicoptère de la Sécurité civile et l'intensification des patrouilles dans ce secteur très fréquenté, les enquêteurs ont perdu sa trace.
Sur la base notamment des images de vidéosurveillance, les enquêteurs sont persuadés d'avoir affaire au même homme qui a menacé vendredi un rédacteur en chef de BFMTV au siège de la chaîne d'information en continu.
Libération titrait mardi en gros caractères noirs sur fond blanc: "Il a sorti un fusil et a tiré deux fois". Le journal consacre quatre pages à cette agression sans précédent, dont un éditorial au ton grave intitulé: "Nous continuerons".
"Le mec a sorti un fusil de sa sacoche et a tiré deux fois sur la première personne qu'il a vue. Ca a duré dix secondes, pas plus, et n'importe qui de nous aurait pu être touché. Le tireur n'a rien dit et est reparti immédiatement", témoigne un employé du journal.

Libé
Mercredi 20 Novembre 2013

Lu 136 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs