Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le terrorisme jihadiste scruté à la loupe par l’armée espagnole

Ahmed Sahnouni El Yaacoubi, déchu de la nationalité française, expulsé vers le Maroc




Des hauts gradés militaires et responsables politiques de la sécurité des forces armées espagnoles se réuniront au début de la semaine prochaine en vue d’analyser l’actuel panorama de l’islam dans le monde et les menaces que représente le terrorisme jihadiste pour l’Occident et plus particulièrement pour l’Espagne.
Selon le quotidien espagnol ABC, cette réunion qui aura lieu du lundi 28 septembre au vendredi 2 octobre 2015 à Jaca (une commune espagnole dans la communauté autonome d'Aragon, province de Huesca), s’inscrit dans le cadre de la XXIIIème édition du Cours international de défense (Curso Internactional de Defensa). Cette édition est placée sous le thème « L’islam dans la société globale du 21ème siècle ».
Quatre grands volets seront débattus lors de ce Cours. Le premier sera consacré à «Comprendre l’islam ». Le deuxième se focalisera sur les «Zones d’intérêt » consacré aux zones fortement instables. Le troisième portera sur les «Moyens de communication  et la perception sociale ». Il y sera question  d’analyser la perception que les citoyens aussi bien en Occident que dans le  monde musulman, se font sur ce sujet. Le quatrième volet sera axé sur « L’Espagne et son entourage ».
La même source a souligné que ce cours sera ouvert par l’allocution du directeur du Centre d’intelligence des forces armées espagnoles, le général Francisco José Gan Pampols ainsi que les interventions d’autres hauts gradés de l’armée comme le colonel Eugenio Vera Bolaños, chef de mission de l’Union européenne en Somalie, et le général Alfonso García-Vaquero Pradal, chef de la mission de l’Union européenne pour le Mali. Interviendra également lors de ces journées de réflexion, le directeur de l’Institut espagnol des études stratégiques, le général Miguel Ángel Ballesteros Martín.
La même source a indiqué que d’autres personnalités prendront part à ce cours comme le directeur général de la police, Ignacio Cosidó, le secrétaire d’Etat de sécurité, Francisco Martínez Vázquez, la directrice générale adjointe du Proche-Orient du ministère des Affaires étrangères, Aránzazu Bañón, le président de l’Union des communautés musulmanes en Espagne, Riay Tatary Bakry, ainsi que des analystes spécialisés en terrorisme jihadiste.
Rappelons que l’Espagne est dans la ligne de mire des groupes terroristes jihadistes comme le montrent nombre de cellules démantelées ces dernières années. En 2014, 36 personnes étaient détenues en Espagne dans le cadre de la lutte contre le jihadisme, en plus de 13 personnes détenues à l’étranger au cours  d’opérations policières conjointes. Le nombre de détenus durant le premier trimestre de l’année 2015 a dépassé celui  de l’année 2014. Ainsi de janvier à mars de cette année, 7 cellules jihadistes ont été démantelées et 38 jihadistes ont été appréhendés en Espagne.
De surcroît, des centaines de personnes ont quitté l’Espagne pour rallier Daech. 20 d’entre elles ont trouvé la mort notamment dans des attentats suicide, alors que d’autres ont regagné l’Espagne dont 7 sont en détention provisoire.
Par ailleurs, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé mardi l'expulsion de France vers le Maroc d'un jihadiste marocain condamné pour terrorisme et qui, a-t-il indiqué dans un communiqué relayé par MAP, a été durant sa détention à l'origine de la radicalisation de plusieurs codétenus.
Ahmed Sahnouni El Yaacoubi, né à Casablanca en 1970, avait été condamné en mars 2013 à sept ans de prison pour avoir organisé une filière de recrutement pour le jihad. Il avait été déchu en mai 2014 de la nationalité française, acquise en 2002. Il s'agissait alors de la première déchéance de nationalité prononcée depuis 2007, un principe jugé conforme à la Constitution par la plus haute juridiction française, le Conseil constitutionnel, le 23 janvier dernier.
« Compte tenu de la menace particulièrement grave que faisait peser sur la sécurité publique le maintien de cet individu sur le sol français », Bernard Cazeneuve a décidé d'engager à son encontre une procédure d'expulsion, ajoute le communiqué.
Une commission d'expulsion, composée de magistrats, a émis un avis favorable à cette expulsion et l'Office français de protection des réfugiés et apatrides avait rejeté sa demande d'asile le 25 août. Ahmed Sahnouni a donc été expulsé vers le Maroc aussitôt après avoir purgé sa peine.
Le ministère précise que dix-sept expulsions en lien avec le terrorisme ont déjà été prononcées depuis le début de l'année et que "d'autres interviendront prochainement".

Mourad Tabet
Samedi 26 Septembre 2015

Lu 1437 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs