Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le tapis marocain, une richesse culturelle et artistique des plus séculaires




Le tapis marocain, une richesse culturelle et artistique des plus séculaires
Le tapis marocain constitue une richesse culturelle et artistique des plus séculaires qui traduit la diversité identitaire du Maroc, a relevé l’ingénieur textile, Mohamed Messaoudi, spécialiste du tapis marocain. Messaoudi, qui animait une conférence sur “Le tapis marocain: mode d’expression et support d’un art séculaire” organisée par la Fondation du Groupe Crédit Agricole du Maroc pour les arts et le patrimoine rural, a indiqué que le tapis marocain peut renvoyer à deux écoles d’artisanat: celles du tapis rural et du tapis urbain ou citadin, où l’on distingue notamment les carpettes de Mediouna, Rabat, Fès et Salé.
 Si le tapis marocain s’est enrichi avec les influences de produits orientaux, notamment perses et turcs, il n’en demeure pas moins qu’il s’est forgé une identité particulière qui illustre les cultures, les vécus et les arts propres à chacune des régions du Royaume, a-t-il fait remarquer à l’occasion du vernissage de l’exposition “Tazarbit: du Tapis des tribus au Tapis des cités” organisée à la Galerie Abou Inane à Rabat. 
C’est ainsi que M. Messaoudi relève trois catégories du tapis rural ou tribal, considéré comme le tapis marocain authentique, à savoir: les tapis du Haouz, de l’Oriental, du Moyen Atlas et du Haut Atlas, qui sont fabriqués, tout comme les tapis citadins, à base de peinture végétale et de composantes naturelles. 
Plus fruste que le tapis citadin, la carpette tribale remonte à des temps immémoriaux, a-t-il estimé, notant que certains motifs de décoration figuraient déjà parmi les gravures rupestres.
 Quelque 60 tapis marocains très anciens sont exposés à la galerie Abou Inane, un chiffre jamais atteint auparavant, s’est félicité dans une déclaration à la MAP la directrice de la Fondation, Karima Mezouar. 

C’est à travers cette exposition muséale, qui s’inscrit dans le cadre de la saison culturelle 2014 de la Fondation placée sous le signe “Le Maroc, un patrimoine multiséculaire unique”, que notre Fondation se propose de raconter l’épopée du précieux tapis marocain, ses origines, son histoire, et son extrême richesse, a-t-elle dit, estimant que le tapis marocain a su préserver, au fil de l’Histoire, son empreinte et son originalité.
MAP
 

Lundi 24 Mars 2014

Lu 736 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs