Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le sucre, en pain ou pas, aura désormais un goût amer

Benky, par Louafa interposé, écrabouille le consommateur entre le marteau de la décompensation et l’enclume des promesses non tenues




Le sucre, en pain ou pas, aura désormais un goût amer
 
Antisociale. La politique suivie par le gouvernement Benkirane l’est assurément et plus personne n’en disconvient désormais. Tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, il est en train de tout casser. Jusque et y compris les mécanismes qui participaient au maintien de la cohésion et de la paix sociales. Alors qu’il n’a même pas encore opérationnalisé l’ensemble des mesures d’accompagnement au profit de certaines catégories professionnelles touchées par la décompensation des prix des hydrocarbures, son ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance, Mohamed El Ouafa, vient d’ouvrir un nouveau front contre le pouvoir d’achat des Marocains, en l’occurrence celui de la décompensation du sucre. Certes, ce dernier a usé de certaines circonlocutions qu’il n’a généralement pas l’habitude d’utiliser pour atténuer l’effet catastrophique que sa déclaration ne manquera certainement pas d’avoir. Pour l’instant, cette question «n’est pas à l’ordre du jour», a-t-il déclaré en précisant, néanmoins, que la cartographie de la consommation pour cibler les bénéficiaires n’a pas encore été finalisée. Ce qui veut dire que la décision a déjà été prise, mais son application ne sera pas entamée dans l’immédiat.  Le pouvoir d’achat des ménages ira donc plus loin en zone de turbulences. Les couches les plus défavorisées dont le sucre constitue un élément essentiel dans les habitudes alimentaires devront désormais se serrer davantage la ceinture.
L’agence MAP qui a relayé cette information, a indiqué comme pour justifier le caractère incontournable de cette décision irréfléchie, que sur les onze premiers mois 2013, la charge de compensation du sucre a atteint 3,26 MMDH et que l’essentiel de cette dépense a profité au sucre produit à partir des plantes sucrières, soit 3,15 MMDH.
Ce que ni elle, ni El Ouafa n’ont dit, c’est que la compensation du sucre coûte fort peu au Trésor public comparativement à celle des produits pétroliers. 
Selon un rapport rendu public en juin 2012 par le Conseil de la concurrence, «une charge fiscale d’environ 40% pèse sur ce produit, ce qui réduit le poids réel des subventions sur le budget de l’Etat. En effet, les droits à l’importation sont de 35% et la TVA à la consommation de 7%. Ainsi, si l’on déduit le montant des prélèvements, le montant net des subventions serait ramené de 4.101 DH/T à 2.433 DH/T en 2011».
Pis, ils ont également omis de rappeler qu’une solution fort ingénieuse avait été trouvée à ce problème par Ahmed Lahlimi au temps où il régentait les affaires générales sous le gouvernement El Youssoufi.
En effet, il avait mis en place un système de restitution de la subvention sur le sucre utilisé par certaines industries dont les biscuiteries, les chocolateries et le secteur des boisons gazeuses et non gazeuses. Cette décision entrée en vigueur au début des années 2000 a malheureusement été abandonnée en 2006. Au lieu de choisir le langage de la vérité en ne parlant de budgets alloués à la compensation qu’après en avoir défalqué le montant des recettes qu’elle génère et d’opter pour une mesure similaire à celle concoctée par Lahlimi, le gouvernement a choisi de demeurer fidèle à ses positions antisociales. Vaille que vaille et en dépit de tout bon sens.

B.C
Jeudi 27 Février 2014

Lu 1096 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs