Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le succès de Renault Tanger stimule l’appétit des grands constructeurs automobiles

Une usine Peugeot au Maroc fera du Royaume l’un des grands pays assembleurs de véhicules




Le succès de Renault Tanger stimule l’appétit des grands constructeurs automobiles
Selon le quotidien français le Parisien, qui cite des sources informées, une rencontre privée entre le nouveau ministre marocain de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, et le ministre du Redressement productif devait être tenue hier après-midi en marge du Mena Economic Forum tenu à Marseille.
Au programme de cette «discrète rencontre», selon les termes dudit journal, les deux ministres se sont fixé comme but de «déminer» un dossier sensible, à savoir l’éventuelle ouverture d’une usine automobile de Peugeot à Tanger, dans la zone industrielle de Tanger-Med.
La même source précise que ce projet d’implantation «du constructeur au lion au Maghreb, à la manière de son concurrent Renault, déjà installé sur place, pourrait se faire selon un principe de « coproduction » entre la France et le Maroc». Mais toutefois, il indique dans un article publié hier, sur son site que le cabinet du ministre français en question, joint par la rédaction du journal mercredi, avait expliqué que le ministre français ne fait qu’accepter la demande de rencontre de son homologue marocain. Et d’ajouter que des projets de «colocalisations» sont bien envisagés. Les deux administrations en seraient actuellement aux préliminaires, identifiant des secteurs économiques possibles, et non en discussion sur une ou plusieurs sociétés particulières.
Du côté de PSA Peugeot Citroën, on dément tout projet d’usine sur l’autre rive de la Méditerranée alors que le groupe « fait face à une situation de surproduction ».
Rappelons que le marché n’est pas nouveau pour le constructeur français. Peugeot a déjà assemblé des voitures par l’intermédiaire de la Société marocaine de construction automobile, dont la marque était copropriétaire avec Renault et l’Etat marocain, mais ses derniers modèles (Partner et Berlingo) sont descendus des lignes marocaines en décembre 2010. Aujourd’hui, le précédent de Renault, qui vient de mettre en place une deuxième ligne de production qui lui a permis de doubler la capacité de son usine de Melloussa, peut donner des idées à PSA. Surtout que le Maroc a beaucoup changé avec une infrastructure des plus sophistiquées à l’échelle mondiale, notamment le port de Tanger-Med. Mais aussi plusieurs autres facteurs clés de succès et avantages comparatifs, notamment la main-d’œuvre formée et à bas coût. Pour les constructeurs, les salaires marocains représentent un avantage concurrentiel conséquent (moins de la moitié que ceux des ouvriers roumains de l’usine Renault de Pitesti).
 Outre ces deux atouts, l’Etat marocain s’engage à accompagner les nouveaux entrants sur son marché en accordant le statut de zone franche à Tanger-Med avec exonération de l’impôt sur les sociétés pendant cinq ans et de toute taxe d’exportation. Mais aussi en aménageant des terrains offerts gratuitement à l’instar des 314 ha de foncier mis à la disposition de Renault.
Signalons qu’un retour en force de PSA au Royaume, qui fait du secteur automobile un pilier de sa stratégie de développement, est en mesure de bousculer toutes les prévisions concernant ce secteur.
Le Royaume est 31ème dans le classement des 35 plus importants pays assembleurs de véhicules, établis par l’Institut d’analyse du marché automobile de Pricewaterhouse Coopers avec 184.962 véhicules produits en 2013.
D’après les dernières prévisions de PwC Autofacts, en 2017, le Royaume en assemblerait 150.083 véhicules supplémentaires, soit une croissance annuelle moyenne de 18,9%, qui lui permettra de se situer au 19ème rang mondial des pays contributeurs à la croissance globale anticipée d'ici 2017, devant des pays comme l'Afrique du Sud (22ème) et la Roumanie (41ème).
La forte croissance, qui est supérieure à celle de l’Afrique du Sud et de la Roumanie, est un gage d’assurance qui devrait permettre au Royaume de trouver une place dans le Top 20 des assembleurs d’ici 4 ans. L’usine de Melloussa est sans nul doute la clé de succès de cette percée du Maroc au niveau de l’assemblage et du montage automobile mondial. L’entrée d’un autre constructeur sur la carte de la production automobile au Maroc, que ce soit l’allemand Volkswagen, le français PSA ou autre, fera certainement du Royaume une éminente plateforme d’assemblage à l’échelle mondiale.

Mohammed Taleb
Vendredi 8 Novembre 2013

Lu 1205 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs