Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le stress hydrique atteint des seuils alarmants au Souss-Massa-Drâa

Le taux de remplissage des barrages a atteint 42%




Le stress hydrique atteint des seuils alarmants au Souss-Massa-Drâa
Les barrages du bassin hydraulique de Souss-Massa-Drâa ont atteint, au 20 janvier courant, 501.14 millions de m3, soit un taux de remplissage de 42% de leur volume normal de stockage estimé à 1204 millions de m3. 
Ce qui n’augure rien de bon pour l’avenir des ressources hydriques de la région, caractérisée par un fort épuisement de la nappe phréatique.
Dans le détail, la répartition des apports est de 41% pour le barrage Youssef Ibn Tachefine, 45% pour le barrage Abdelmoumen, 60% pour le barrage d’Aoulouz, 58% pour le barrage Imi Alkhang et de 35% pour le barrage Mokhtar Soussi, selon un exposé présenté, mardi à Agadir, lors de la réunion du conseil d’administration de l’Agence du bassin hydraulique Souss-Massa-Drâa.  Le même exposé fait ressortir que le barrage Moulay Abdellah a atteint un taux de remplissage de 56%, contre 81% pour le barrage Ahl Souss et 33% pour le barrage Al Mansour Eddahbi.
Un rapport de l’Agence fait également état «d’un déficit critique des précipitations au titre du premier trimestre de l’année hydrologique 2013/2014», précisant que les précipitations ont enregistré une régression de 66% dans le bassin de Souss-Massa et de 41% pour le bassin de Drâa, alors que les apports en eau ont diminué de 92% dans les deux bassins.
En 2030, les besoins en eau potable et industrielle de ce bassin atteindraient 250 millions de m3, soit une augmentation globale de 108% par rapport à l‘état actuel, alors que la demande en eau d’irrigation passerait de 1724 millions de m3 à 1555 millions, soit une réduction de 10% due principalement aux opérations de l’économie de l’eau dans ce secteur. A signaler que les experts en ressources hydriques, en l’occurrence Moulay Driss Hasnaoui, ne cessent de tirer la sonnette d’alarme, quant à l’avenir des ressources en eau au Maroc.  Selon eux, le Maroc est menacé d’une pénurie d’eau à l’horizon 2025, s’il ne prend pas de mesures urgentes pour pallier ce grave déficit.  Au cours des années 70, la consommation en eau par habitant était de  1.700 m3. Aujourd’hui, avance le Dr Moulay Driss Hasnaoui, cette consommation a chuté à 720 m3.

Vendredi 24 Janvier 2014

Lu 1725 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs