Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le spleen de la jeunesse marocaine

48.9% des 15 ans et plus souffrent de troubles mentaux




Le spleen de la jeunesse marocaine
Les enfants et les jeunes vivent mal. Ils fument et boivent davantage, dorment moins, pratiquent peu de sports, mangent mal et ont des tendances suicidaires. 16% des élèves de 13 à 15 ans font ainsi partie des fumeurs, 6% d’entre eux consomment des boissons alcoolisées, 4% s’adonnent à la drogue et 14% ont fait des tentatives de suicide une ou plusieurs fois. Les chiffres révélés par le ministère de la Santé lors de la deuxième rencontre nationale sur la santé scolaire et universitaire et la promotion de la santé des jeunes, tenu avant-hier à Rabat, ont démontré également que 15% de cette catégorie de population souffrent de surpoids, 82% sont inactifs physiquement et 30% ont été victimes de violences.
Sombre tableau qui devrait se noircir davantage du fait que 48,9% des 15 ans et plus souffrent de troubles mentaux tels que l’insomnie, l’anxiété et la dépression. La moitié des cas se révèlent à l’âge de 14 ans.
Un constat alarmant qui interpelle les pouvoirs publics, les familles, l’école et la société civile  vu que cette population est constituée de  plus de 10 millions d’individus et que son avenir scolaire et universitaire est sérieusement menacé vu les risques de décrochage scolaire, de toxicomanie et de suicide. En effet, ces élèves et ces jeunes sont plus susceptibles d’échouer à l’école, de s’absenter, d’avoir de moins bonnes moyennes pondérées cumulatives, de décrocher et de ne pas terminer leur cursus scolaire. 
Une situation appelée à s’accentuer  davantage du fait que plusieurs facteurs permettent son aggravation et qu’il y a absence d’opérations de dépistage précoce. Beaucoup d’entre eux ne reçoivent pas le soutien approprié et à même d’empêcher que les symptômes précoces ne s’aggravent avec le temps. D’autant qu’au fur et à mesure que les enfants souffrant de troubles mentaux vieillissent, leurs symptômes s’aggravent et des problèmes de comportement connexes risquent d’apparaître, par exemple l’abus d’alcool ou d’autres drogues et les comportements criminels.
Le manque de formation des enseignants pose également problème. Un grand nombre d’entre eux ne dispose ni de formation adéquate ni des compétences nécessaires pour répondre aux besoins des élèves et des jeunes souffrant de troubles mentaux. Un état de fait d’autant plus alarmant que les établissements scolaires et universitaires manquent de services spécialisés dans ce genre de problèmes. 
Le mangue d’assistance sociale et de psychologues dans nos établissements est patent.  Il y a également un déficit au niveau des programmes de sensibilisation et d’éducation alternative destinés à répondre aux besoins affectifs et comportementaux spécifiques à cette population d’élèves.
En effet, les pouvoirs publics ont tendance à oublier que les écoles occupent une place de premier plan pour la mise en œuvre de stratégies de santé publique visant à prévenir et déceler la maladie mentale chez les jeunes.  
Des facteurs qui révèlent au grand jour l’écart entre ce dont ces jeunes ont besoin et ce qu’ils reçoivent comme cours de la part de l’école et de l’université. 
 

Hassan Bentaleb
Vendredi 28 Mars 2014

Lu 1431 fois


1.Posté par nacera le 28/03/2014 16:04
Vous avez tout dit" Le mangue d’assistance sociale et de psychologues dans nos établissements est patent.  Il y a également un déficit au niveau des programmes de sensibilisation et d’éducation alternative destinés à répondre aux besoins affectifs et comportementaux spécifiques à cette population d’élèves.En effet, les pouvoirs publics ont tendance à oublier que les écoles occupent une place de premier plan pour la mise en œuvre de stratégies de santé publique visant à prévenir et déceler la maladie mentale chez les jeunes.  Des facteurs qui révèlent au grand jour l’écart entre ce dont ces jeunes ont besoin et ce qu’ils reçoivent comme cours de la part de l’école et de l’université. "Le probleme ,c est que ses jeunes sont livraient qu a eux meme!Quand vous voyez des eleves au bac qui ne savent pas ecrire,le probleme est ailleurs.

2.Posté par toufiq le 28/03/2014 16:12
Le probleme est que le budget du ministere de l enseignement est trop faible,vu l etat de certains etablissement scolaire et le peut d equipement ,que se soit pour le sport ou pour l education pousse cette jeunesse a abandonnaient les etudes.

3.Posté par fatah le 28/03/2014 16:20
Le ministre devrait passé une semaine dans un etablissement scolaire le plus eloigner des grandes villes,et faire 4 km a pied aller retour pour mieux comprendre la situation de certains eleves,de plus les enseignants touchent des bons salaires alors que les bourses donnaient au etudiants sont minables.Tout est a revoir pour ce secteur,qui est l avenir des enfants du maroc.

4.Posté par mounir le 28/03/2014 16:44
La jeunesse marocaine manque d ecoute de nos ministres qu ils les considere comme une population de seconde zone,de plus le budget de l education est vraiement insuffisant .

5.Posté par karim le 28/03/2014 16:49
Rabi ihfad houm,la drogue , internet et le manque de visibilité dans l avenir pousse cette jeunesse a se repliaient sur elle meme,

6.Posté par saida le 28/03/2014 23:57
Surtout,ou sont leurs parents ,l education des enfants viennent des parents!

7.Posté par abdelmalik le 29/03/2014 07:50
L etat marocain devrait s attaquer en premiere partie a la drogue,qui est le vrai probleme chez les jeunes.Il n est pas normal de trouver a l entrer des ecoles,la vente d alcool,de drogues ,des comprimés dangereux pour la santé de nos enfants.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs