Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le sommeil expliqué par la science




Le sommeil expliqué par la science
Tous les humains ne naissent pas sur un pied d’égalité en matière de besoin de sommeil. Loin de là. Si certains ont besoin de dormir au moins 6 voire 8 heures pour être frais toute la journée, d’autres se contentent de 5 petites heures. Quand ils sont frais comme des gardons après une courte nuit, vous, vous avez la tête dans le seau. N’allez pas chercher une explication dans leur mode de vie ou leur alimentation, non. L’explication se niche au sein de leur code génétique. Réciproque de cette découverte : difficile de changer quoi que ce soit à cela.
C’est ce que montre une étude américaine, publiée dans le numéro d’août 2014 de la revue Sommeil, conduite par des chercheurs de l’académie américaine de médecine du sommeil. Au cours de cette étude, les scientifiques ont travaillé avec 100 paires de jumeaux - 59 monozygotes (issu du même oeuf fécondé qui s’est divisé, génétiquement identique) et 41 dizygote (issus de deux ovules différents, les "faux" jumeaux).
Lors de leurs recherches, ils ont identifié une mutation du gène BHLHE41 qui autorise le porteur de la variante appelée p.Tyr362His, un fonctionnement optimal même après une courte nuit, et limite les effets du manque de sommeil. Là où les porteurs de cet allèle dorment en moyenne cinq heures par nuit, les autres, porteurs du gène "normal", restent en moyenne une heure de plus dans les bras de Morphée.
Dans le cadre de leurs recherches, les scientifiques ont privé de sommeil les jumeaux, les forçant à rester éveillés 36 heures d’affilée. Et ont constaté, d’une part que les individus porteurs de l’allèle p.Tyr362His étaient relativement frais après cette période, tandis que les seconds luttaient péniblement et, d’autre part, que le temps de récupération était plus court ; une nuit de sommeil de 8 heures fut suffisante pour les porteurs de l’allèle p.Tyr362His, tandis que les autres individus durent dormir près de 10 heures.
"Ce travail montre, pour la première fois, le rôle de BHLHE41 dans la résistance au manque de sommeil chez les humains" explique à l’agence Relaxenews Renata Pellegrino, chercheur senior à l’hôpital pour enfants de Philadelphia, et relayé par Yahoo News. "La mutation a été associée avec une résistance aux effets neurcomportementaux d’un manque de sommeil".
"L’étude souligne par ailleurs que notre besoin de sommeil est un besoin physiologique et non une préférence personnelle" explique, toujours à Relaxnews, le docteur Timothy Morgenthaler, le président de l’académie américaine de sommeil. "La plupart des adultes semblent avoir besoin d’au moins 7 heures de sommeil par nuit pour être en forme, productifs et alerte le lendemain" précise le chercheur.  Moins, et sans l’allèle adapté, le manque de sommeil peut avoir à terme des effets néfastes sur votre santé. 
 

Atlantico.fr
Mardi 19 Août 2014

Lu 387 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Spécial élections | Libé + Eté | Spécial Eté










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs