Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le sitar orphelin de son maître : Ravi Shankar tire sa révérence




Le sitar orphelin de son maître : Ravi Shankar tire sa révérence
Ravi Shankar, le grand maître et sitariste  indien, est décédé à l’âge de 92 ans dans un hôpital de San Diego en Californie aux Etats-Unis où il avait été admis pour y subir une opération chirurgicale (remplacement d’une valve cardiaque).
Robendra Shankar à sa naissance (7 avril 1920) dans la ville de Vârânasî  ou Bénarès, un haut lieu de pèlerinage pour les Hindous au bord du Gange puis  Robu en son enfance  et enfin plus tard et définitivement Ravi, est triple lauréat des Grammy Awards. Il avait vu son dernier album The Living Room Session, Part 1, la veille de son opération à laquelle il n’a pas survécu être nommé pour un Grammy.
Son dernier concert, il l’a donné au début du mois dernier (4 novembre), quand il avait touché une dernière fois en public  au sitar accompagné en cela de sa fille cadette, une compositrice sur les traces de son père, Anoushka Shankar, à Long Beach. Il est également le père de Geetali Norah Jones-Shankar qu’il a eu avec la productrice américaine Sue Jones. Plus célèbre sous le sobriquet de Norah Jones, la demi-sœur d’Anoushka Shankar, est une chanteuse, musicienne, interprète de jazz  et actrice américaine. Ravi Shankar, est aussi l’oncle d’Ananda Shankar un musicien pop, né ô ironie du sort un 11 décembre 1942 et décédé le 26 mars 1999. Ravi Shankar n’est pas qu’un « ambassadeur mondial de l’héritage culturel de l’Inde », comme l’a déclaré le Premier ministre indien, Manmohan Singh à l’annonce de sa mort. Il avait, de Bombay à la Californie où il vivait en passant par les quatre coins du globe, influencé énormément l’art universel  et plus particulièrement la musique qu’elle soit occidentale, asiatique ou autre.     
De nombreux artistes de par le monde, qui l’ont côtoyé s’en sont inspirés à commencer par les Beatles et plus particulièrement George Harrison, Brian Jones des Rolling Stones, John Coltrane le jazzman, Robbie Krieger (Doors), le grand violoniste classique Yehudi Menuhin et tant d’autres encore.
Ce fils d’une famille brahmane, caste la plus noble de la société indienne, avait participé à l’essor du mouvement  hippie en se produisant à de nombreux concerts dans les années soixante. Ce parrain de la world music comme le surnommait G. Harrison  avait chanté aux côtés d’icones de la musique comme Janis Joplin et Jimi Hendix et notamment  à Monterrey ou à Woodstock devant un parterre d’un demi million de fans de la musique de l’époque.
La capitale spirituelle du Royaume, il la connaissait. Les festivals des musiques sacrées de Fès ne lui étaient pas étrangers.

Mohamed Jaouad Kanabi
Jeudi 13 Décembre 2012

Lu 401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs