Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le shoot le plus spectaculaire du Mondial




Le shoot le plus spectaculaire du Mondial
Lève-toi et shoote! Ce n’est pas l’attaquant vedette brésilien Neymar qui tapera le premier dans le ballon lors de la cérémonie d’ouverture du Mondial de football le 12 juin à Sao Paulo... mais un paraplégique.
Son identité est un secret bien gardé. On sait juste qu’il (ou elle?) oubliera pendant quelques minutes sa chaise roulante pour marcher sur la pelouse de l’Arena Corinthians, grâce à un exosquelette motorisé créé par une équipe de 156 chercheurs du monde entier, dirigée par le médecin brésilien Miguel Nicolelis.
“C’est la première fois qu’un exosquelette (ou squelette externe) est contrôlé par l’activité cérébrale et offre un feed-back aux patients”, déclare à l’AFP le neurologue.
Le médecin dit se confier dans un “mélange de fatigue et d’excitation”. Car l’heure approche de l’aboutissement de 30 ans de travail, d’innombrables tests cliniques et plus de 200 publications scientifiques préalables.
M. Nicolelis, professeur à l’Université américaine de Duke, en Caroline du nord, a commencé ses recherches en 1984 pour rendre la mobilité à des patients ayant la moelle épinière entièrement compromise. Il préparait alors sa thèse de doctorat sur les connexions neuronales responsables du contrôle des mouvements.
A l’époque, il était à cent lieues d’imaginer que ses études prendraient vie sur un terrain de football, et encore moins lors du coup d’envoi d’une Coupe du monde dans son propre pays.
“Faire une démonstration sur un stade est inhabituel pour la robotique. Cela n’a jamais eu lieu”, dit-il depuis son laboratoire.
L’exosquelette qui portera le patient choisi pour la démonstration fonctionne en obéissant à des ordres moteurs de son propre cerveau.
Ces ordres permettent à ses jambes inertes, en raison d’une lésion à la moelle épinière, de pouvoir remarcher. Ensuite, une série de circuits électroniques situés dans les pieds du squelette lui permettent de recevoir des sensations grâce à “une peau artificielle” installée sur son bras.
Ainsi, la personne paralysée arrive non seulement à marcher mais aussi à sentir qu’elle marche.
“L’idée est née en 2002 quand nous avons commencé à construire des pièces robotiques dans le but de monter un exosquelette”, explique le médecin. 
Début 2009, deux ans après le désignation du Brésil comme pays organisateur du Mondial-2014, “on m’a demandé des idées pour montrer un Brésil différent de celui des clichés. J’ai alors suggéré de faire une démonstration scientifique pour montrer que le Brésil investit dans la science et a les ressources humaines pour faire autre chose que du football”.

Lundi 9 Juin 2014

Lu 401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs