Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le secteur touristique décortiqué par les professionnels d’Essaouira


Vers la valorisation du patrimoine bâti et le renforcement de la compétitivité des établissements hôteliers



A l’initiative de la Chambre du commerce, d’industrie et de services à Essaouira, une réunion de concertation s’est tenue mercredi 16 mars 2016 en présence du conseil municipal, la délégation du ministère du Tourisme, du conseil provincial de tourisme d’Essaouira (CPTE), des associations respectives des restaurateurs, de protection du consommateur ainsi que d’autres opérateurs relevant de nombreux secteurs  touristiques.
La réunion a été entamée par l’intervention de Hicham Jbari, maire de la ville, qui a confirmé l’intérêt particulier porté au secteur touristique. Ainsi, la mairie a débloqué un million de dirhams, dont 300 mille sont réservés à la promotion de la destination, via les actions du CPTE. Par ailleurs, M. Jbari a annoncé la mise en œuvre de plusieurs projets structurants dont ceux de la réhabilitation de l’ancienne médina et le réaménagement de la corniche et des places tampons en vue de relooker le circuit touristique et le doter de sites typiques.
Le délégué du ministère du Tourisme a saisi l’occasion pour citer quelques indicateurs reflétant l’amélioration qu’a connue la ville en termes de capacité d’accueil (60.000 lits) et du nombre des établissements hôteliers (passant de 50 en 2011 à 140 en 2015). Il a, par ailleurs, présenté les axes du plan de développement du secteur qui se base sur la valorisation du patrimoine bâti, la promotion du tourisme rural et interne et le renforcement de la compétitivité des établissements hôteliers. A cet effet, une station Biladi proposant un produit adapté aux besoins du tourisme interne sera réalisée sur une superficie de 24 hectares à Sidi Kaouki. Un autre projet d’exploitation rationnelle, durable et respectueuse de l’environnement de l’île Mogador verra le jour dans les mois à venir. Toutefois, un effort s’impose au niveau du développement du transport aérien afin d’accompagner cette nouvelle dynamique. Il n’a pas omis de souligner l’importance du secteur pour la consolidation de la notoriété et l’attractivité de la destination. Signalisation, parkings, transport urbain et touristique, tels sont les créneaux à prendre en considération d’autant que le secteur ne repose pas uniquement sur l’hôtellerie et la restauration.
Redouane Khanne, président du CPT, a également insisté sur l’importance des liaisons aériennes pour le développement de la destination. En l’occasion, il a annoncé la conclusion de deux accords qui permettront des liaisons directes avec Barcelone et l’Allemagne.
Pour Ismail Diki, opérateur touristique de la ville, les différents intervenants devraient réfléchir à la diversification du produit touristique tout en mettant en valeur des sites naturels qui, jusqu’alors, n’ont jamais été exploités convenablement. Pour ce faire, il a appelé à une réglementation des différentes activités touristiques et à l’activation des rôles assignés aux commissions de contrôle pour une meilleure qualité des services.
Réagissant à une question de «Libé» au sujet de l’informel qui impose aux professionnels de l’hôtellerie et de la restauration une concurrence déloyale sans que les services compétents ne prennent la moindre mesure pour y remédier, Abderrahim Ezzaher, opérateur touristique, a attiré l’attention sur la chute libre du taux de remplissage des hôtels classés passant en une décennie de 70% à 35% actuellement. Un indicateur qui démontre les grosses pertes que subissent les professionnels à cause du mutisme des services compétents face aux activités illégales des maisons d’hôtes et hôtels non autorisés. D’autre part, M. Ezzaher a proposé la suspension des nouvelles autorisations en attendant de régler la situation actuelle.
Un problème qui touche aussi les restaurateurs dont l’association n’a cessé de se plaindre de l’anarchie que connaît cette activité en l’absence d’une réelle volonté de réglementation et d’organisation de la part des services concernés.   
«Nous n’avons cessé de dénoncer haut et fort cette tolérance aberrante avec laquelle les responsables traitent le dossier de l’informel. Nous payons des milliers de dirhams annuellement comme impôts sans oublier la masse salariale et les charges sociales tandis que les établissements non autorisés ne versent aucun centime à l’Etat. Nous demandons juste à être protégés par les pouvoirs publics car nombre d’entre nous pensent sérieusement à mettre la clé sous le paillasson», nous a déclaré un restaurateur.Le président du CPTE a annoncé l’existence de 30 établissements non autorisés. Ces derniers feront l’objet de poursuites en cas de refus de réglementation de leur situation.
Les différents intervenants ont été unanimes sur la nécessité de valoriser et de diversifier le produit touristique de la ville qui a perdu une grande partie de ses visiteurs au profit de destinations émergentes, à l’instar de Dakhla qui monopolise actuellement la majorité de la clientèle  des sports nautiques.


 

Abdelali Khallad
Lundi 21 Mars 2016

Lu 1374 fois


1.Posté par Sueur le 23/03/2016 13:46 (depuis mobile)
Quand on souhaite développer une structure nautique, en l'occurrence de la plongée sous marine. Il nous est impossible de concrétise notre projet, pour seule réponse que la formation en piscine n'existe pas ???
Trouver vous ça logique.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs