Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le secteur privé appelé à jouer un rôle majeur dans le développement des provinces du Sud

«Le nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud: enjeux et perspectives africaines», thème d’une conférence en marge du CIEL




Le secteur privé appelé à  jouer un rôle majeur dans le développement des provinces du Sud
Le secteur privé devra jouer un rôle majeur dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud, qui prévoit des incitations importantes au profit des sociétés marocaines désireuses d’investir au niveau du Sud marocain, a estimé, dimanche à Casablanca, le professeur universitaire et membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Abdellah Mouttaqui.
M. Mouttaqui, qui intervenait lors d’une conférence sur «Le nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud: enjeux et perspectives africaines», organisée par le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), a estimé que ce programme, aussi vital que stratégique pour le Maroc, a été réalisé en concertation avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et les différents acteurs économiques des provinces du Sud. Le CESE a, en ce sens, formulé nombre de recommandations relatives à l’amélioration du climat du travail dans les régions du Sud et de l’attractivité fiscale, ainsi qu’au règlement des problèmes liés au foncier, le but étant de drainer le maximum d’investissements dans le cadre de l’accompagnement par le secteur privé de la mise en œuvre de ce programme ambitieux, a-t-il poursuivi. Il s’agira, en effet, de ramener les investissements du secteur privé à hauteur de 50%, dans le cadre des mesures destinées notamment à réduire de moitié, le taux de chômage dans les provinces du Sud, estimé actuellement à 15,1%, a affirmé M. Mouttaqui, déplorant le fait que la contribution actuelle ne dépasse pas les 3,5 milliards de DH, contre 11 milliards d’investissements de l’Etat.
De telles démarches sont de nature à faire des provinces du Sud un hub économique et social de toute la région de l’Afrique de l’Ouest, le Sahara marocain étant bien placé pour jouer le rôle de pont économique et culturel avec l’Afrique, en droite ligne avec la stratégie africaine du Royaume, visant à développer davantage la coopération Sud-Sud, a-t-il encore dit.
De son côté, le chercheur marocain Noureddine Afaya s’est longuement penché  sur le volet culturel, notant que les autorités publiques sont appelées à faire de la culture un pilier de développement durable dans les régions du Sud, pour relever les défis de la croissance économique, des droits de l’Homme et de la qualification de l’élément humain, rappelant, à cet effet, la politique de régionalisation avancée qui implique la réédification des structures de l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre de la décentralisation. 

Mardi 18 Février 2014

Lu 821 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs