Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le secteur photovoltaïque traîne le pas




Le secteur photovoltaïque traîne le pas
La première édition de l’International Photovoltaic Exhibition & Conference, « Photovoltaica », se tiendra du 4 au 6 novembre prochain à Casablanca.  « Photovoltaïca » constituera une plate-forme de rencontre  pour les différents acteurs publics et privés nationaux et internationaux qui auront l’occasion d’y présenter leurs technologies de pointe en la matière.
Il mettra en exergue le nouveau cadre juridique mis en place par le gouvernement pour permettre l’ouverture de la moyenne tension à la concurrence nationale et internationale, ainsi que la situation actuelle du secteur sur le continent africain en général.
Organisé sous l’égide du ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, en coordination avec la Société d’investissements énergétiques (SIE), le programme de cet événement prévoit une exposition et une grande conférence sur les grandes questions touchant le développement du photovoltaïque au Maroc et en Afrique.
Après un temps de réussite grâce au Programme d’électrification rurale généralisé (PERG), le photovoltaïque a du mal à se suffire à lui-même depuis 2010. Les importations de cellules photovoltaïques se sont en effet repliées de façon significative en 2011. Un peu plus de 120 tonnes de cellules photovoltaïques, pour une valeur de 19 MDH, ont ainsi été importées, contre 124 tonnes en 2010, pour une valeur de 24,7 MDH. En termes de volume, la perte est estimée à 3% mais, en valeur, celle-ci atteint 23%. Autrement dit, même si les quantités restent sensiblement les mêmes, la baisse des prix à l’échelle internationale s’est bel et bien fait ressentir au Maroc. «Les prix ont baissé d’environ 40% ces trois dernières années. Cela s’explique en partie par le fait que la technologie est désormais maîtrisée. Les prix ont donc d’abord baissé de manière structurelle», confirme Mohamed Laraqui, DG d’AS Solar Maroc. 
La réduction des subventions européennes ainsi que la concurrence de la production chinoise ont réduit l’industrie européenne de panneaux photovoltaïques comme une peau de chagrin. De nombreuses sociétés européennes, dont l’ancien leader allemand Q-Cells et les français Photowatt et Evasol, soit elles ont déjà mis la clé sous le paillasson depuis des mois, soit elles luttent pour leur survie financière. La situation du photovoltaïque en Europe est telle que la Commission européenne a ouvert deux enquêtes, en septembre et novembre derniers, à la demande de l’Association EU ProSun qui réunit 23 industriels européens du photovoltaïque. 
Aujourd’hui,les résultats des entreprises marocaines opérant dans le photovoltaïque doivent s’adapter. Certaines misent sur les clients professionnels, industriels ou grands exploitants agricoles, à l’image d’AS Solar. D’autres survivent grâce à d’autres activités, comme le solaire thermique. Enfin, certaines entreprises survivent grâce aux contrats de maintenance liés au PERG.
Au final, elles ne sont aujourd’hui qu’une  vingtaine d’entreprises sérieuses à opérer dans le photovoltaïque au Maroc. 

Oumaima Rachdi (Stagiaire )
Vendredi 26 Septembre 2014

Lu 566 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs