Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le secteur du BTP aurait réalisé une légère hausse à fin 2008

Les statistiques ne collent pas avec la réalité




Le secteur du BTP aurait réalisé une légère hausse à fin 2008
La branche du bâtiment et travaux publics poursuit son dynamisme. Pour ce qui est de la première composante, les indicateurs qui sont au vert s'expliquent essentiellement par les grands chantiers structurants lancés à travers le Royaume. Il s'agit notamment des autoroutes, des routes et des grands œuvres. En ce qui concerne le bâtiment, des villes entières sont en phase de construction et les milliards de dirhams engagés par le secteur bancaire attestent de l'attitude positive du secteur du bâtiment. Toutefois, les analystes mettent l'accent sur un déséquilibre qui caractérise l'immobilier depuis des mois. Il est concrètement question d'une inadéquation entre l'offre et la demande exprimée sur le marché. Cette inadéquation se justifie essentiellement par la spéculation sur le prix du foncier et du bâti. Elle s'explique également par la détérioration du pouvoir d'achat des Marocains qui ne peuvent plus supporter la hausse démesurée des prix imposés par les promoteurs immobiliers. Outre les prix exorbitants, ces mêmes promoteurs exigent le paiement d'une bonne partie qui peut atteindre parfois le quart de la valeur globale de l'immobilier en « noir». En d'autres termes, les statistiques peuvent être fiables mais n'expliquent pas la réalité sur le terrain. Elles indiquent que l'année 2008 a été marquée par la construction de plus de 231.000 logements (dont 130.000 unités sociales), soit une hausse de plus de 14% par rapport à 2007, ce qui a contribué à un renforcement de la consommation de ciment qui a dépassé les 14 millions de tonnes en 2008, en progression de 10% comparativement à l'année précédente. De plus, les crédits accordés au secteur immobilier ont enregistré un surcroît tangible par rapport à la même période. Il ressort aussi d'une enquête du Haut Commissariat au Plan que l'activité du secteur du bâtiment et travaux publics aurait connu une légère hausse au 4-ème trimestre 2008 Le boom du secteur immobilier se poursuit. En dépit de l'inadéquation entre la demande et l'offre, cette branche d'activité continue son expansion. Il faut signaler d'emblée que ce n'est pas l'offre en elle-même qui pose problème mais plutôt l'existence de produits à même de répondre aux exigences des différentes catégories sociales. Précisément, c'est le déficit en habitat économique qui inquiète les ménages. Le haut standing ne soulève pas de problèmes dans la mesure où sa clientèle n'a pas de difficultés de financement. Les prix pratiqués sur le marché et la dégradation du pouvoir d'achat risqueront de tuer le marché. Pour parer à cette situation, une stratégie est en cours de concrétisation entre le département de tutelle et les opérateurs privés. L'objectif consiste à augmenter le rythme de la production en logement économique pour passer de 100.000 à 150.000 unités par an. Ce pari n'est pas toutefois gagné d'avance. Il requiert des solutions urgentes aux problématiques de la mobilisation de l'assiette foncière (qui nécessite l'ouverture de nouvelles zones urbaines ainsi que la mobilisation du foncier public) ; la lutte efficace contre la spéculation foncière qui fait ravage et une solution au retard pris dans le traitement des dossiers déposés par les promoteurs privés qui veulent contribuer aux programmes relatifs à la construction immobilière subventionnée par l'Etat. Au titre de l'année en cours, 25.529 nouvelles unités seront construites dont 11.028 par les opérateurs privés. Ce nombre sera réparti en 24.482 en milieu urbain et 1.047 en milieu rural. Cette même année sera marquée par l'achèvement de la réalisation de 3.896 unités en milieu urbain et 300 en milieu rural. Concernant la villa économique, elle connaît un grand intérêt de la part de la classe moyenne. Si la réalisation de 5.124 nouvelles unités dont 1.108 en partenariat avec le privé sera incessamment annoncée, plus de 3.166 vont être achevées dans les plus brefs délais. Il ressort d'une étude réalisée pour le compte du ministère de l'Habitat et portant évaluation de l'article 19 de la loi de Finances que dans le cadre du programme de l'habitat économique (200.000 logements), 91.203 unités ont été construites. Il est signalé également qu'entre 2003 et 2007, le nombre d'appartements en cours de réalisation par le ministère de l'Habitat a atteint 939.000 en plus de la restauration de 284.000 appartements. Rien qu'en 2007, les unités construites ont atteint le chiffre de 333.000 appartements tandis que la dynamique du secteur immobilier a eu un effet de levier sur d'autres activités annexes. Les crédits octroyés par les banques sont passés à 98,9 milliards de DH en 2007 contre 35,2 milliards seulement en 2002. Autrement dit, c'est une amélioration de plus de 180% en cinq ans. Les ménages à revenus irréguliers ont profité aussi du Fogarim. Celui-ci s'est concrétisé, à fin septembre, par l'octroi de 28.874 crédits totalisant un volume de 4,3 milliards de DH. Cela s'est traduit aussi par la création de 847.000 postes d'emploi.

Mohamed Kadimi
Jeudi 12 Mars 2009

Lu 401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs