Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le scandale des prothèses mammaires inquiète les patientes marocaines




Le scandale des prothèses mammaires PIP qui a éclaté en France sème la panique parmi les femmes porteuses de toutes formes de prothèses en silicone au Maroc et ailleurs. Les concernées se posent plusieurs questions et les réponses convaincantes tardent à venir. Les cliniques d’esthétique tentent de les rassurer mais apparemment sans grand succès. « Mon chirurgien esthétique que j’ai contacté m’a rassurée sur la provenance du gel et des produits utilisés. Il m’a confirmé que sa clinique n’a jamais eu de relations avec  la société française Poly implant prothèses (PIP), visée par des plaintes en France», a précisé Assia 45 ans et qui a subi une opération d’implantation de prothèses mammaires il y a deux ans dans une clinique de la place. C’est le même son de cloche de la part des  cliniques marocaines opérant dans cette spécialité. Pour rassurer encore plus les femmes qui ont subi ce type d’opération au Maroc, le président de l’Association marocaine de la chirurgie esthétique et reconstructive, Kamal Iraki Houssaini a déclaré à la presse que la société française impliquée dans cette affaire avait déjà auparavant tenté d’écouler sa marchandise au Maroc à travers ses agents commerciaux, en vain. « La PIP mise en cause en France n’est pas commercialisée chez nous. Cependant, il se peut que quelques femmes aient acheté des prothèses en France pour les faire implanter dans une clinique marocaine ou que certaines dames aient subi des opérations dans l’Hexagone», explique le professeur Abassi, chirurgien d’esthétique à Rabat. Quant à l’avocat de la société PIP, il reconnaît que les prothèses ont présenté des défaillances, en précisant que ce ne sont pas les seuls produits à connaître des défauts. Ce qui relance la polémique dans ce scandale. Par ailleurs, une réunion aurait été tenue au ministère de la Santé pour contourner la question. Mais, la majorité des femmes marocaines porteuses de ces prothèses ne sont pas convaincues de ces explications et arguments. Il faudrait donc que le ministère de tutelle ordonne une enquête. Les prothèses mammaires vont-elles être le premier dossier à traiter par le gouvernement Benkirane ? Il est certain que cette affaire va relativement freiner l’essor de ce secteur florissant et prometteur. Les prochains mois seront difficiles pour les cliniques dites d’esthétique au Maroc, car la panique qui s’est emparée des patientes risque d’avoir des échos auprès des clientes éventuelles. Le secteur est parti certainement pour une baisse du chiffre d’affaires temporaire. Selon des statistiques confirmées, plus de 300.000 femmes auraient subi dans le monde l'implantation de prothèses de la société française Poly implant prothèses (PIP), visée par des plaintes en France et en Grande-Bretagne. PIP, créée en 1991, a été mise en liquidation en 2010. Cependant, la France reste pour le moment, le seul pays à conseiller le retrait des implants à titre préventif même si le lien entre les prothèses PIP et neuf cas de cancers suspects signalés sur son territoire, dont deux mortels, n'est pas démontré. L’opération d'explantation devrait coûter environ 60 millions d’euros à la sécurité sociale française.

KAMAL MOUNTASSIR
Mercredi 28 Décembre 2011

Lu 1289 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs