Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le savoir marocain en matière de renseignements consacré

Paris attribue à Abdellatif Hammouchi le titre d'officier de la Légion d'honneur




Le savoir marocain en matière de renseignements consacré
Le premier effet du dégel dans les relations entre la France et le Maroc, initié par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le chef de l’Etat français François Hollande le 9 février courant, est très certainement cette visite effectuée au Maroc par le ministre de l’Intérieur français, Bernard Caseneuve. 
Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président français avaient convenu de visites ministérielles, dans le but de la préparation d’une réunion de haut niveau avant l'été.
La visite de Caseneuve qui s’inscrit dans ce cadre, est la première d’un officiel français au Maroc, depuis la brouille diplomatique qui avait quelque peu envenimé l’atmosphère entre nos deux pays, il y a de cela une année. 
Bernard Caseneuve, après avoir eu des entretiens avec le ministre de l’Intérieur marocain Mohamed Hassad et le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, s’est envolé directement pour le Danemark en vue de se rendre sur les lieux de l'attentat de Copenhague. La réunion tenue avec son homologue marocain a eu pour thème le renforcement de la coopération sécuritaire très largement affectée après l’impair diplomatique commis envers Chakib Benmoussa et Abdellatif Hammouchi, D.G de la DGST a Paris et qui avait entraîné la suspension de la coopération judiciaire.
A l’issue des discussions, Caseneuve a eu des propos élogieux sur la capacité marocaine quant à la lutte antiterroriste et dans le domaine du renseignement. Le ministre de l’Intérieur français a annoncé que la République française, témoignera à nouveau son estime au chef du contre-espionnage marocain, Abdellatif Hammouchi, déjà distingué en 2011 par l’attribution du titre de chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur, en lui remettant cette fois les insignes d'officier.  A travers ce geste d’hommage envers le DG de la DGST, significatif à plus d’un titre, c’est la reconnaissance de la compétence sécuritaire marocaine que la France met en exergue. D’autant plus que nos deux pays, engagés dans la lutte contre l’obscurantisme et le terrorisme, comptent dans les rangs de ceux partis combattre au Moyen-Orient avec des organisations djihadistes plus d’un millier de ressortissants chacun dont des binationaux. C’est dire que le destin de la France et du Maroc en la matière est lié et que l’heure est à la coopération qui se doit d’être des plus efficaces.

Mohamed Jaouad Kanabi
Lundi 16 Février 2015

Lu 1567 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs