Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le salon de beauté de Julie




Dans son petit salon improvisé au beau milieu d'un camp de fortune haïtien, Julie Colin enroule doucement d'un foulard les bigoudis de sa cliente afin de les protéger de l'épais nuage de poussière ambiant. Cela fait presque cinq mois que la coiffeuse de 26 ans a perdu sa maison et son salon de beauté après le tremblement de terre du 12 janvier dernier qui a fait des centaines de milliers de morts et laissé la capitale Port-au-Prince dévastée.
Et à la vue de la trop lente avancée des travaux de reconstruction, des gravats qui jonchent encore les rues et des millions de sans-abri qui tentent péniblement de survivre dans une des 1.300 tentes mises à disposition, la frustration gagne de plus en plus d'Haïtiens et de donateurs internationaux.
Mais Julie, elle, est déterminée à renouer avec sa vie d'avant. Dans le camp où elle loge, situé sur un ancien terrain de golf huppé de Pétion-Ville dans la banlieue de Port-au-Prince, elle a relancé son petit salon de beauté, désormais situé sous une bâche exiguë partagée avec les membres de sa famille.
Rien de comparable avec son florissant salon d'autrefois, en briques et à l'allure moderne.
"Oh, c'était très chic", regrette-t-elle en soupirant devant le sol poussiéreux, recouvert d'une bâche de plastique bleu. Dès l'arrivée des premières gouttes de pluie, le sentier escarpé qui mène au pas de la porte devient boueux et ressemble alors à une tranchée. "Ce n'était pas comme ça. Il y avait tout dans mon salon", dit-elle avec une pointe de nostalgie dans la voix. "J'arrive à travailler ici mais il me manque beaucoup de choses. Comme des sèche-cheveux, par exemple. Et je n'ai pas non plus d'électricité".
Toutes les prestations sont à moitié prix en ce moment car Julie sait bien que tout le monde est à court d'argent.
Les manucures et pédicures coûtent moins de trois dollars. Un shampooing et un brushing vous coûteront 10 dollars et il faut compter 4,20 dollars pour des extensions de cheveux.
Les nouvelles clientes aussi bien que les habituées s'enthousiasment de pouvoir se faire pomponner. D'après Julie, six de ses clientes les plus fidèles font jusqu'à trois changements de bus avant d'atteindre cette minuscule oasis, située à des kilomètres de leurs maisons.

AFP
Lundi 7 Juin 2010

Lu 194 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs