Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le roi d'Espagne dénonce les indépendantistes catalans

Poursuites judiciaires contre le chef de la police catalane




 L'Espagne attendait mercredi une intervention du gouvernement en Catalogne après que le roi Felipe VI a déclaré que l'Etat devait assurer l'ordre constitutionnel dans cette région dont les dirigeants "prétendent proclamer illégalement l'indépendance".
Alors que des centaines de milliers de Catalans manifestaient contre les violences policières de dimanche, quand le gouvernement espagnol a tenté d'empêcher un référendum d'autodétermination interdit par la justice, le roi a dénoncé mardi le gouvernement régional dans un discours d'une fermeté sans précédent.
Le souverain, jusqu'ici très mesuré dans la plus grave crise que traverse l'Espagne depuis 40 ans, a accusé le gouvernement régional catalan de Carles Puigdemont d'avoir bafoué "de façon répétée (...) et délibérée" la Constitution et de "mettre en danger la stabilité" de la Catalogne et de toute l'Espagne.
Et en martelant qu'il est de "la responsabilité des pouvoirs légitimes de l'Etat d'assurer l'ordre constitutionnel", son discours ouvre la voie à de nouvelles mesures du gouvernement de Mariano Rajoy contre les dirigeants indépendantistes.
M. Rajoy, qui n'avait pas réagi au discours du roi mardi soir, pourrait invoquer l'article 155 de la Constitution, jamais encore utilisé, qui permet de prendre le contrôle des institutions d'une région qui "porte gravement atteinte à l'intérêt général de l'Etat".
Le procureur général d'Espagne n'avait pas exclu non plus, dans une interview avant le référendum, une arrestation du président Puigdemont.
Mais ce dernier peut aussi précipiter les choses. En publiant les résultats du référendum au journal officiel, il ouvrirait un délai de 48 heures pour la proclamation unilatérale d'indépendance par le Parlement régional.
Dans une interview à la BBC diffusée mercredi, le président de la Catalogne a assuré qu'il s'apprêtait à déclarer l'indépendance probablement "à la fin de la semaine".
"Nous allons déclarer l'indépendance 48 heures après le décompte des résultats officiels" du référendum, a-t-il réaffirmé.
M. Puigdemont a demandé sans succès une médiation de l'Union européenne dans son conflit avec Madrid mais le Parlement européen devait débattre en urgence de cette crise mercredi.
Jusqu'à présent, avec son équipe, ils ont réussi à résister à toutes les pressions du gouvernement de Madrid, ignorant les décisions de justice et préparant en secret le référendum que celui-ci avait juré d'empêcher.
Les images des interventions brutales de policiers casqués pour fermer des bureaux de vote, faisant 92 blessés, ont fait le tour de la planète et indigné les Catalans de tous bords.
Le gouvernement catalan "a l'initiative, et le gouvernement central court derrière en essayant maladroitement de boucher les trous", a estimé Antonio Torres del Moral, professeur de droit constitutionnel à l'Université d'enseignement à distance (UNED).
D'après les résultats provisoires, le oui à l'indépendance l'a emporté avec 90% des 2,26 millions de votants dans ce scrutin sans liste électorale et sans observateurs.
La Catalogne est profondément divisée et le dernier sondage des autorités catalanes, publié en juillet, montrait que les adversaires de l'indépendance restaient plus nombreux que ses partisans (49,4% contre 41,1%).
Mais les violences policières ont fait bouger l'opinion. Le discours du roi aussi a été mal reçu en Catalogne.
L'allocution de Felipe VI, en début de soirée, est venue ponctuer une journée de grève générale et de manifestations en Catalogne contre les violences policières de dimanche.
Selon la police locale, les défilés dans la métropole catalane ont rassemblé près de 700.000 personnes.
Le port de Barcelone a été paralysé, de même que son grand marché alimentaire de gros, des routes coupées par des piquets de grève, mais la grève n'a pas affecté le trafic aérien ni ferroviaire.
Les chaînes de montage d'automobiles et la plupart des banques ont cependant continué à fonctionner.
Par ailleurs, la justice espagnole "a convoqué en vue de leur inculpation" le chef de la police catalane ainsi qu'une de ses subalternes et deux dirigeants d'associations indépendantistes, dans le cadre d'une "enquête pour sédition", a annoncé mercredi à l'AFP un porte-parole du tribunal.
L'enquête porte sur des faits survenus le 20 septembre, lorsque l'arrestation de 14 hauts responsables de l'exécutif séparatiste catalan avait provoqué d'importantes manifestations contre la Garde civile à Barcelone.
Quatre personnes au total sont poursuivies: Josep Luis Trapero, chef des Mossos d'Esquadra, une autre responsable de la police régionale Teresa Laplana, ainsi que Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, présidents des associations séparatistes Assemblée nationale catalane (ANC) et Omnium.

Jeudi 5 Octobre 2017

Lu 774 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs