Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ridicule ne tue plus !




Alors qu’elle continue de se livrer à un massacre systématique contre son peuple, la Syrie se présente en donneuse de leçon pour les Arabes.
 
Pour détourner l’attention sur la montée de la crise dans leur pays, alors qu’ils sont harcelés de toutes parts pour dénoncer leur politique de terre brûlée à laquelle les dirigeants syriens  se livrent contre leur population, ils ont trouvé, semble-t-il, la parade pour éloigner l’attention sur eux. 
 Ils viennent de présenter aux pays arabes, les seuls concernés jusqu’à présent, une proposition visant la réforme et la démocratie. Ils vont jusqu’à préciser le fond de leur initiative : l’abolition des lois martiales et celles des tribunaux de sûreté d’Etat.
Au lieu de donner des leçons de bonne conduite, ne serait-il pas plus judicieux et plus indiqué que les gouvernants syriens commencent par eux-mêmes. Charité bien ordonnée commence par soi-même, dirait l’adage.
Le régime syrien se trouve aujourd’hui presque isolée si on exclut le soutien de Moscou pour des raisons plutôt stratégiques. Les pays arabes qui ont attendu longtemps avant de faire connaître leur position, se sont trouvés enfin obligés de réagir et de dénoncer à leur tour, le massacre du peuple syrien livré à lui-même devant une machine de guerre agissant en rouleau compresseur, n’épargnant rien ni personne.
La Syrie aujourd’hui est fermée mais  non isolée puisque des images prises à l’improviste et furtivement restent les seuls témoignages de ce qui se passe dans ce pays qui vit dans la douleur. 
Si pour certains pays qui ont traversé pareille situation, la Libye en est l’exemple  lorsque la communauté internationale a été prompte à s’entendre et prendre les mesures adéquates, il ne fut pas de même pour la Syrie. Elle bénéficie d’un statut particulier grâce à la Russie et dans une moindre mesure à la Chine. Ces deux pays sont opposés à toute sanction contre le régime syrien. 
Pendant ce temps, la population syrienne, connue jusqu’ici pour sa résignation, mais qui a décidé de retrouver son courage, peut continuer à souffrir. La politique est ainsi faite !
Le président syrien Bachar Al Assad vient de célébrer son 46ème anniversaire alors que son armée poursuit méthodiquement le massacre des Syriens qui ne réclament rien d’autre que la dignité et la liberté. 
Drôle de cadeau d’anniversaire !
On voudrait bien connaître ce que ressent Bachar Al  Assad en ce moment qui devrait normalement être un moment de réjouissances. Mais est-ce que sa joie est de martyriser son peuple ?
 

Youssef Benzahra
Vendredi 16 Septembre 2011

Lu 279 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs