Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le régime syrien pousse à Alep-Est et force une entrée dans la ville

La Syrie mise à feu et à sang sur tout son territoire par une multitude de protagonistes




Les forces du régime syrien poursuivent leur progression vers les quartiers rebelles d'Alep, qui sont devenus "l'enfer sur Terre" selon un haut responsable de l'ONU.
Les quelque 250.000 habitants de la partie assiégée de la deuxième ville syrienne sont confrontés à "un niveau de sauvagerie qu'aucun humain ne devrait avoir à supporter", a dénoncé le chef des opérations humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien. Il a appelé dimanche à "une action urgente pour mettre fin à l'enfer sur Terre".
"Le temps presse. Arrêtez le carnage maintenant", a-t-il imploré.
Face à cette "tragédie humaine", la Commission européenne a annoncé une "initiative humanitaire d'urgence" pour permettre aux organisations humanitaires d'aider la population et notamment "assurer les évacuations médicales des blessés et des malades d'Alep-Est."
Mais, dix jours après le lancement par le régime et son allié russe d'une vaste offensive sur Alep-Est, l'étau se resserre sur cette partie de la ville contrôlée par les rebelles.
De violents affrontements ont ainsi lieu à Souleimane al-Halabi, sur la ligne de démarcation, a indiqué dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Aidées par "des dizaines de raids russes", les forces gouvernementales poussaient aussi depuis le nord, vers les quartiers de Boustane al-Bacha et Sakhour et sont parvenues aux abords du quartier d'Al-Helouk.
"Si elles les prennent, les forces rebelles seront confinées dans une petite partie dans le sud-ouest de la ville d'Alep", a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.
L'armée syrienne a promis dimanche que "les armées syrienne et russe garantiraient un passage sûr et une aide" à tout combattant de l'opposition qui ferait défection, selon l'agence de presse officielle Sana.
Ce n'est pas la première fois que Damas fait une telle offre mais militants et rebelles disent craindre de se faire détenir ou torturer s'ils quittent les zones rebelles.
Au nord de la ville d'Alep, des groupes rebelles soutenus par la Turquie progressaient dimanche face aux jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et s'approchaient de la localité de Dabiq contrôlée par l'EI, selon l'Observatoire.
Pour la deuxième fois en une semaine, le plus grand hôpital des quartiers rebelles d'Alep a été frappé samedi par deux barils d'explosifs, selon la Syrian American Medical Society (SAMS), dont l'un des responsables, Adham Sahloul, a évoqué des "informations sur l'utilisation d'une bombe à fragmentation".
"Le système de santé dans l'est d'Alep a été presque réduit à néant", a déploré M. O'Brien.
Le coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU a appelé les belligérants à permettre au moins l'évacuation de centaines de civils nécessitant des soins urgents.
Médecins sans frontières (MSF) a également appelé Damas et Moscou à mettre un terme "au bain de sang".
Depuis le début de l'offensive sur Alep-Est, les bombardements du régime et de la Russie ont tué au moins 220 personnes selon l'OSDH.
Egalement dimanche, 13 raids russes sur une base utilisée par Jaïch al-Izza dans la province de Hama (centre) ont fait 6 morts dans les rangs de ce groupe rebelle soutenu par les Etats-Unis, indique l'Observatoire.
La Russie et le régime sont accusés par les Occidentaux d'utiliser contre des zones civiles notamment des bombes antibunker, incendiaires et à fragmentation. Moscou a balayé les accusations de "crimes de guerre".
Par ailleurs, quinze combattants de l'armée syrienne libre (ASL) ont été tués et 35 autres blessés dans des affrontements avec le groupe extrémiste de Daesh dans le nord de la Syrie durant les 24 dernières heures, a annoncé, lundi, l'état-major de l'armée turque (TSK).
Les forces armées turques ont pilonné, lundi, 63 cibles Daesh et détruit plusieurs équipements d'armes, six véhicules pick-up armés, sept lance-roquettes Katioucha, selon la même source, fournissant un soutien à l'ASL engagée dans la lutte contre le groupe extrémiste près des localités d'Azaz et de Cobanbey (Al-Raï) dans le nord de la province syrienne d'Alep.
Ces combats marquent une escalade depuis que les troupes turques ont lancé en août dernier au nord de la Syrie, l'opération Bouclier de l'Euphrate.
L'aviation de la coalition internationale dirigée par les Américains a mené 11 frappes aériennes dans la région tuant au moins 13 djihadistes, selon la TSK.
Les efforts diplomatiques pour rétablir un cessez-le-feu en Syrie semblent complètement enlisés même si Washington et Moscou n'ont pas coupé les ponts en dépit de leurs profondes divergences.

Mardi 4 Octobre 2016

Lu 436 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs