Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le régime syrien dans le collimateur : L’étau se resserre autour du Président Al Assad




Le régime syrien dans le collimateur : L’étau se resserre autour du Président Al Assad
Le roi Abdallah II de Jordanie est le premier dirigeant arabe à appeler le Président Bachar Al Assad à ‘quitter le pouvoir’ en Syrie. ‘Si j’étais à sa place, je quitterais le pouvoir, a déclaré le roi de Jordanie, pays voisin de la Syrie, dans une interview à la BBC. Si Bachar a à cœur l’intérêt de son pays, il devrait démissionner, mais il devrait aussi créer les conditions nécessaires pour une nouvelle phase de la vie politique syrienne’, a-t-il ajouté.
D’autre part, le vice-ministre syrien de l’Intérieur, un avocat et de nombreux officiers figurent parmi les dix-huit individus visés mardi par l’Union européenne dans le cadre de nouvelles sanctions contre le régime de Damas. Ces 18 noms s’ajoutent à la liste noire des dirigeants syriens interdits de visa et cibles d’un gel de leurs avoirs à l’étranger, mesures dont ont été déjà frappés une soixantaine de responsables dont le président Bachar Al Assad. Les sanctions européennes concernent désormais 74 personnalités liées au pouvoir et 19 sociétés ou entités. La répression du mouvement de contestation du régime a fait plus de 3.500 morts depuis la mi-mars, selon les Nations unies. Le vice-ministre de l’Intérieur, Saqr Khaïr Bek, est désigné comme «responsable de l’usage de la violence contre la population civile». L’avocat Bassam Sabbagh, qui est âgé de 52 ans, est selon les pays membres de l’UE un conseiller juridique et financier de Rami Makhlouf, cousin du président, à la tête du premier opérateur de téléphonie mobile du pays, Syriatel. Il est accusé de «fournir un soutien financier au régime». Parmi les autres individus visés figurent le général Djoumah al Ahmad, commandant des forces spéciales, et le colonel Lou’ai al Ali, chef des renseignements militaires dans la province de Deraa, l’un des foyers de la contestation.
Par ailleurs, soixante-neuf personnes ont été tuées lundi dans la province syrienne méridionale de Deraa, la plupart dans des accrochages entre déserteurs et forces de sécurité, a déclaré mardi l’Organisation syrienne pour les droits de l’Homme. Celle-ci a précisé que 34 soldats et membres des forces de sécurité avaient péri dans des embuscades tendues par des déserteurs à des patrouilles de l’armée dans la région.
Des images diffusées par la chaîne Al Djazira montrent ce qui semble être un char en flammes, aux côtés d’autres véhicules incendiés. Au moins douze déserteurs ont également trouvé la mort, ajoute l’Observatoire basé en Grande-Bretagne, et 23 autres personnes ont été tuées par des tirs en provenance des points de contrôle des forces de sécurité dans des villages. Ces informations restent invérifiables, la plupart des médias étrangers ayant été expulsés du pays par les autorités. L’agence de presse officielle Sana n’a mentionné aucune violence lundi dans le sud du pays.

Reuters
Mercredi 16 Novembre 2011

Lu 772 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs