Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le régime syrien accusé de crime contre l’humanité par Amnesty




Le régime syrien accusé de crime contre l’humanité par Amnesty
Amnesty a accusé mercredi le régime syrien de commettre des «crimes contre l’humanité» afin de se venger des communautés soupçonnées de soutenir les insurgés en Syrie, où deux voitures piégées ont explosé, près d’un site chiite au sud de Damas et à Idleb.
Une voiture piégée a explosé jeudi matin non loin de Sayeda Zeynab, lieu de pèlerinage chiite près de Damas, ont rapporté les médias officiels.
«Une voiture piégée a explosé ce matin dans un parking proche de l’hôpital Imam Sadr dans le secteur de Sayeda Zeynab dans la région de Damas», a rapporté l’agence de presse officielle Sana, ajoutant que l’explosion a fait deux blessés et des dégâts matériels.
Des images de la télévision officielle ont montré des dégâts importants, dont de nombreuses voitures endommagées, et un grand cratère sur le lieu de l’explosion.
Rami Abdel Rahmane, qui dirige l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), a confirmé l’explosion. «Nous ne sommes pas sûrs de la cible» de l’attentat, a-t-il dit à l’AFP.
Des centaines de milliers de pèlerins chiites, notamment Iraniens, Irakiens, des pays du Golfe et Libanais, se rendent chaque année en pèlerinage au mausolée de Zeynab, soeur de l’imam Hussein vénéré par les musulmans chiites, au sud de Damas.
De nombreux réfugiés irakiens fuyant la guerre dans leur pays s’étaient installés dans le quartier.
Une autre voiture piégée visant un point de contrôle de l’armée a explosé dans la ville d’Idleb (nord-ouest), a indiqué l’OSDH, ajoutant que l’attaque avait fait des morts et des blessés parmi les soldats sans en préciser le nombre.
Ailleurs dans le pays, neuf civils et deux rebelles ont été tués dans de nouvelles violences au lendemain de la mort d’au moins 77 personnes, dont 49 civils, 21 soldats et sept rebelles à travers la Syrie, selon l’OSDH.
Dans la ville de Deraa (sud), berceau de la contestation anti-régime lancée en mars 2011, cinq civils ont été tués avant l’aube dont quatre dans des bombardements des forces gouvernementales sur le quartier de Tariq el-Sad, assiégé par l’armée, selon l’OSDH.
Dans la province de Deraa, des combats opposent les troupes et rebelles dans la localité de Yadouda, et la localité de Leja est la cible de violents bombardements des forces régulières.

Les observateurs de l’ONU à Haffeh

Les observateurs de l’Onu arrivés jeudi à Haffeh, en Syrie, ont découvert une ville quasiment déserte et portant les traces des récents combats entre insurgés et forces de Bachar al Assad, rapporte un photographe de Reuters voyageant à bord du convoi des «bérets bleus».
Des colonnes de fumée s’élevaient de bâtiments endommagés ou de carcasses de voitures calcinées. On pouvait voir les signes de violents bombardements dans cette ville de la province de Lattaquié, dans les montagnes bordant la côte méditerranéenne.
Les observateurs ont croisé seulement deux personnes, qui ont refusé de s’exprimer sur les événements survenus depuis une dizaine de jours.
Le siège du parti Baas, les bureaux de poste et une antenne du ministère de l’Agriculture ont été incendiés. Un cadavre abandonné gisait sur la chaussée. Les «bérets bleus» de l’Onu avaient tenté une première fois mardi de se rendre à Haffeh, dont les rebelles se sont retirés après un siège d’une semaine par les forces gouvernementales. Ils avaient dû rebrousser chemin face à la colère des habitants.
L’émissaire international Kofi Annan a exprimé lundi ses craintes pour les habitants de la ville coincés par les combats. Les Etats-Unis ont dit redouter un «massacre».
Oliver Holmes à Beyrouth; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Gilles Trequesser
Reuters

AFP
Vendredi 15 Juin 2012

Lu 402 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs