Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le régime Al-Assad poursuit sa répression : Polémique autour de la mission des observateurs arabes




Le régime Al-Assad poursuit sa répression : Polémique autour de la mission des observateurs arabes
Les militants pro-démocratie syriens ont dénoncé mardi le «manque de professionnalisme» des observateurs de la Ligue arabe dépêchés en Syrie pour tenter de faire cesser les violences, les Etats-Unis estimant qu’il est «grand temps» que l’ONU agisse. Sur le terrain, cinq civils ont été tués mardi par les tirs des forces de sécurité à Hama (centre) et à Homs, plus au sud, haut lieu de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) alors que la télévision d’Etat faisait état de la présence d’observateurs dans les régions de Homs, Deraa (sud) et Idleb (nord-ouest). Dans la région de Deraa, 18 membres des forces de sécurité ont été tués à l’aube dans des affrontements avec des déserteurs, a d’autre part indiqué l’OSDH. La Maison Blanche a estimé que la Syrie n’avait pas respecté ses engagements vis-à-vis de la Ligue arabe et qu’il était «largement temps pour le Conseil de sécurité (de l’ONU) d’agir» pour «soutenir les aspirations légitimes des Syriens». Evoquant les «tirs de tireurs embusqués, les actes de torture et les meurtres qui continuent en Syrie», le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney en a conclu qu’il est «évident que le cahier des charges (du plan de sortie de crise arabe NDLR) n’a pas été respecté» par le régime syrien. Les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent les manifestations sur le terrain, ont appelé le chef de la Ligue arabe et les observateurs à «annoncer leur impuissance à mener seuls cette mission et demander l’aide des organisations internationales concernées». «Le manque de professionnalisme des observateurs et le non-respect des horaires de leur arrivée dans des lieux précis ont fait que de nombreuses personnes ont été tuées», ont-ils indiqué. «Les officiers et les soldats de l’armée portent des costumes de policiers, conduisent des véhicules militaires repeints et changent le nom des lieux, mais cela ne signifie pas que l’armée s’est retirée des villes et des rues ni que le régime applique les clauses du protocole» arabe, ont dénoncé les LCC. Selon eux, 390 personnes ont été tuées depuis que les observateurs ont entamé leur mission le 26 décembre. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, avait demandé lundi «l’arrêt total des tirs» en Syrie où la répression a fait plus de 5.000 morts depuis mars, selon l’ONU. «Les chars se sont retirés des villes et de leurs environs. Mais selon certaines informations, des tireurs embusqués continuent à opérer depuis les toits de bâtiments et il y a des violences continuelles», a affirmé M. Arabi. Mardi le président français Nicolas Sarkozy a répété que M. Assad devait «quitter le pouvoir», et son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé que «les conditions dans lesquelles se déroulent cette mission d’observateurs méritent d’être clarifiées». De son côté, l’Algérie a jugé que la mission permettrait d’évaluer «d’une manière plus crédible» la situation, une position partagée par le Conseil national syrien (CNS) qui regroupe la majorité des courants de l’opposition. «Cette mission reste utile même si elle ne va pas aboutir à l’application du plan arabe. Elle reste utile politiquement, moralement et psychologiquement», a déclaré le responsable du CNS Burhan Ghalioun. «Il faut passer par cette étape pour (...) apporter la preuve que ce qui se déroule en Syrie est une révolution d’une population pacifique», a-t-il estimé.
Le comité ministériel arabe sur la Syrie doit se réunir samedi au Caire pour examiner un rapport préliminaire du chef de la mission d’observateurs. Par ailleurs, l’agence officielle Sana a annoncé qu’»un groupe terroriste a visé un gazoduc», dans la province de Homs, explosion attribuée par la page Facebook «Syrian Revolution 2011» aux «gangs d’Assad pour accuser les habitants au moment où les observateurs étaient attendus dans la région». Entre-temps, 25 prisonniers d’opinion ont entamé une grève de la faim pour réclamer une visite des observateurs dans la prison d’Adra près de Damas, a indiqué l’OSDH. L’OSDH a en outre appelé M. Arabi à réclamer la libération de Faten Rajab Fawaz, professeur de physique interpellée le 26 décembre à Douma, près de Damas, où elle anime la contestation et dont on n’est depuis sans nouvelles. Et le Centre syrien pour la presse et la liberté d’expression a demandé aux autorités une enquête sur le meurtre du journaliste Choukri Abou Bourghol. Par ailleurs, un groupe jusque-là inconnu a revendiqué l’enlèvement en décembre de cinq ressortissants iraniens en Syrie, dans un communiqué reçu par l’AFP expliquant qu’il s’agit d’une «mise en garde à l’Iran et au Hezbollah contre la poursuite de leur soutien au régime syrien dans la répression». Et le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, annonce qu’une flotte russe menée par un porte-avions accostera prochainement à Tartous (centre-ouest).

AFP
Jeudi 5 Janvier 2012

Lu 788 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs