Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le récit du calvaire d’une petite Marocaine dans la jungle de Bolivie

Une commission rogatoire adressée par l’Espagne aux autorités boliviennes afin d’auditionner le kidnappeur de Nada




Le récit du calvaire d’une petite  Marocaine dans la jungle de Bolivie
Le 8 mars, une opération conjointe entre des agents de la Guardia civil et la police bolivienne a mis fin au calvaire de Nada, une fille marocaine de 10 ans, qui a été séquestrée durant 7 mois dans la jungle amazonienne par un citoyen bolivien qui s’appelle Grover Morales.
La fille en question s’est rendue en voyage en août 2013 en Bolivie pour passer ses vacances en compagnie d’un voisin de la famille résidant à L’Hospitalet de Llobregat (Barcelone) et en qui ses parents avaient confiance. Depuis lors, elle a disparu ainsi que la personne qui l’accompagnait.
Une enquête a été diligentée par les autorités espagnoles suite à la plainte des parents contre ledit Bolivien. Et après sept mois d’enquête, Nada a été libérée.
La semaine passée, deux agents de la Guardia civil qui ont pris part à cette opération ont tenu une conférence de presse à l’ambassade d’Espagne à Rabat. Il s’agit du capitaine Pablo Montero, membre de l’Unité centrale opérationnelle, service de police judiciaire de la Guardia civil, et du lieutenant Diego Ramilo, membre de la même unité.
Selon le capitaine Montero, la libération de la petite Marocaine n’était pas une tâche facile. L’enquête s’est focalisée sur la personnalité de Grover Morales en Espagne et de son entourage. L’objectif était de collecter le maximum d’informations à son sujet. Après quoi, les autorités espagnoles ont adressé une demande aux autorités boliviennes pour permettre aux agents de la Guardia civil de  mener l’enquête en Bolivie. «C’est la première fois que les autorités boliviennes acceptent que la police d’un pays tiers mène une enquête sur leur territoire national», a affirmé le capitaine Montero.
Les éléments d’information que les enquêteurs espagnols ont collectés en compagnie de leurs homologues boliviens, ont permis de dresser le profil du kidnappeur. Selon le capitaine Montero,  Grover Morales avait, préalablement à son émigration vers l’Espagne, violé ses deux sœurs. Il avait été emprisonné en Bolivie pour ce crime. Mais sous la pression de sa mère, ses deux sœurs se sont rétractées et Grover Morales a pu sortir ainsi de prison. Après quoi, il a été expulsé de son village natal, a changé de nom et d’identité et immigré en Espagne où il a travaillé comme maçon.
Depuis le mois de février dernier, les enquêteurs de la Guardia civil accompagnés de quelques membres de la police bolivienne l’ont traqué de village en village dans des conditions difficiles. Et au début du mois de mars, les enquêteurs ont pu le localiser grâce à une communication téléphonique avec l’une de ses connaissances. Les Boliviens ont donc autorisé les enquêteurs à utiliser l’hélicoptère pour libérer la fille en question, car la zone où elle était séquestrée était difficilement accessible. 
Cette affaire a suscité beaucoup d’interrogations qui restent en suspens. Même si le capitaine Montero a affirmé que la famille marocaine a été dupée par Grover Morales, mais l’enquête judiciaire menée aussi bien en Espagne qu’en Bolivie permettra d’éclairer les zones d’ombre de cette affaire obscure. Pourquoi ce ravisseur a-t-il  kidnappé la fille? S’agit-il vraiment d’un kidnapping ou d’autre chose? Quelles sont les raisons qui l’ont poussé à agir de cette manière ? Entendait-il se marier avec la petite fille comme il l’a prétendu? Comment une famille peut-elle sacrifier sa fille de 10 ans en  permettant à un étranger de l’emmener dans un pays aussi lointain? A-t-elle obtenu quelque chose en échange? 
Le ravisseur a catégoriquement nié dans des déclarations à la presse avoir enlevé Nada en précisant qu’il avait obtenu l’aval de sa famille avant de l’avoir emmenée en vacances en Bolivie. Mais la Guardia civil dispose d’éléments tangibles qui réfutent ces assertions. Avant de quitter le territoire espagnol en août dernier, ce ravisseur a, selon le capitaine Montero, clôturé son compte bancaire et offert son matériel de maçon à l’un de ses amis. Mais le plus important est qu’il a seulement acheté deux billets d’avion «aller simple», ce qui signifie qu’il n’avait pas l’intention de retourner en Espagne. 
Le capitaine Montero a affirmé à ce propos que Nada, en dépit de son jeune âge, a surpris les enquêteurs de la Guardia civil par «son intelligence». Elle a relaté avec précision toutes les étapes et les lieux qu’elle a fréquentés depuis qu’elle a quitté l’Espagne en août 2013. Mais ce qui est étonnant dans cette histoire, c’est qu’elle a affirmé aux enquêteurs que son ravisseur se comportait avec elle comme un mari. Le capitaine Montero a précisé à ce propos que Grover Morales a, avec la complicité de sa mère, changé l’identité de Nada en la faisant passer pour sa nièce.
La balle est maintenant dans le camp de la justice. En Espagne, cette dernière continue d’enquêter sur les motifs qui ont poussé la famille marocaine résidant en Espagne depuis 2008, à permettre à sa fille de voyager avec Grover Morales qui détient lui également une partie de la vérité. Pour cette raison, la justice espagnole a envoyé, selon le capitaine Montero, une commission rogatoire pour l’auditionner. Mais les autorités boliviennes n’ont pas encore répondu favorablement à cette requête.
«La commission rogatoire a déjà été lancée, mais nous attendons la réponse des autorités boliviennes. Nous avons noté que ce kidnappeur n’a pas voulu faire de déclarations à la police bolivienne ou au procureur chargé de l’enquête. Nous attendons maintenant son procès», a conclu le capitaine Montero. 

Mourad Tabet
Lundi 31 Mars 2014

Lu 1177 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs