Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le rapport du CESE en débat à la télévision

Pour Ali Elyazghi, le gouvernement est à l’origine de l’attentisme et du blocage des réformes




Le rapport du CESE en débat à la télévision
Le dernier rapport du Conseil économique, social et environnemental a fait l’objet d’un débat, mardi dernier, à la télévision marocaine animé par le journaliste Abderrahman El Adaoui et avec la participation d’acteurs politiques et de journalistes.
Le représentant du gouvernement, Driss El Azami El Idrissi, ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, s’est contenté, durant toute l’émission, de manipuler les chiffres pour montrer que les choses allaient bien au Maroc. Cette vision techniciste du ministre a été mise en doute par les partis de l’opposition présents sur le plateau, en l’occurrence Ali Elyazghi, secrétaire général de la Chabiba ittihadia et membre du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, et Youness Sekouri, élu PAM à la première Chambre.  Selon eux, les faits et la réalité contredisent les données optimistes du ministre pjdiste.
«Certes vous présentez des chiffres que je ne saurais contester, mais pourquoi le pays est-il  paralysé ?», lui a lancé Youness Sekouri.
Pour sa part, le député de l’USFP a précisé que le rapport du CESE de 2012 confirme que  le Maroc a perdu 40.000 poste de travail dans l’industrie et le bâtiment, ce qui témoigne de la gravité de la situation et le fait que l’endettement estimé à 60% du PIB «met en danger l’économie nationale». 
Alors que Driss El Azami dépeignait la réalité en rose, le représentant du PPS (parti de la coalition gouvernementale actuelle), Mohamed Chiguer (économiste et membre de la commission centrale du PPS), a affirmé que le gouvernement ne pouvait rien faire puisque l’économie marocaine est tributaire de ce qu’il a qualifié de «facteurs transcendants» tels que la pluviométrie, les prix du pétrole, le tourisme et les transferts des MRE.
Ali Elyazghi s’est inscrit en faux contre une telle lecture. «Comment expliquer les performances du tourisme en Turquie?», s’est-il interrogé en rappelant que le gouvernement est responsable du blocage actuel et de «l’attentisme mortel» qui préside à la réalisation des réformes nécessaires et urgentes.
Il a rappelé dans ce sens que plusieurs propositions émanant soit des Groupes socialistes au Parlement, soit du Groupe fédéral  à la Chambre des conseillers, à l’instar de celle de taxer les grandes fortunes, ont été tout simplement rejetées par le gouvernement. Il a rappelé également l’expérience du gouvernement de l’alternance présidé par Abderrahman El Youssoufi en 1998 qui a élaboré un projet de développement qui a donné ses fruits au cours de la période 2000-2011.
Pour sa part, Mohamed Fikrat, membre du CESE, a expliqué que le rapport du Conseil s’est basé sur quatre sources : les données et les statistiques des institutions nationales (comme le HCP), celles des institutions internationales (comme la Banque mondiale), les travaux de recherche effectués par le Conseil lui-même, et enfin le baromètre servant à sonder les opinions des citoyens. Ce rapport a eu pour objectif, selon lui, de mettre en lumière les points forts à préserver, et les point.
«L’objectif final étant de réaliser le développement économique tout en préservant la cohésion sociale», a-t-il ajouté.
Driss El Issaoui, rédacteur en chef du portail Internet Menara a, pour sa part, salué le rapport du CESE qui reflète l’émergence d’une «nouvelle culture», car il met le doigt sur les défaillances des politiques publiques dans le cadre d’une vision prospective. Il a, par ailleurs, souligné l’importance de préserver l’indépendance de cette institution pour qu’elle demeure au-dessus des joutes politiciennes.

Mourad Tabet
Jeudi 12 Septembre 2013

Lu 879 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs