Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le python voyageur ne perd jamais le nord




Le python voyageur  ne perd jamais le nord
Le python birman est doté d’un sens inné de l’orientation qui lui permet de rentrer chez lui sans tortiller, même après avoir été déplacé de plusieurs dizaines de kilomètres, affirment des chercheurs dans une étude publiée mercredi.
Les pythons birmans (Python bivittatus), qui figurent parmi les plus grands serpents au monde, sont originaires d’Asie mais ils ont élu domicile dans les marais des Everglades, le célèbre parc national de Floride (Etats-Unis), probablement après y avoir été relâchés par des propriétaires indélicats. Figurant tout en haut de la chaîne alimentaire, ces prédateurs ont prospéré en Floride au point de menacer aujourd’hui la biodiversité locale.
Des chercheurs ont capturé six de ces reptiles, les ont placés dans des boîtes en plastique scellées pour les transporter puis les ont relâchés à des distances comprises entre 21 et 36 km.
Grâce à des émetteurs radio, ils ont pu suivre les déplacements des pythons et mesurer leur trajectoire et leur vitesse.
Une fois libres, les serpents ont immédiatement pris la direction de leur lieu de capture, que cinq d’entre eux ont fini par retrouver avec une marge d’erreur de cinq kilomètres. Pour une raison inexpliquée, le sixième python a viré de bord peu avant d’être arrivé à destination.
Les pythons ont voyagé entre 94 et 296 jours, faisant preuve d’”une nette détermination à rentrer chez eux”, indique l’étude publiée dans la revue Biology Letters de l’Académie des sciences britannique.
“Cette étude démontre que les pythons birmans ont une boussole interne et une carte de navigation”, assurent les auteurs.
C’est la première fois qu’un tel sens de l’orientation, dont l’origine reste mystérieuse, est identifié chez une quelconque espèce de serpent.
Les talents de navigateurs du python suggèrent qu’il est également doté d’un sens aigu de son territoire, ce qui pourrait aider à lutter contre cette espèce invasive en prédisant dans quelles zones il risque de s’établir en priorité.
Les pythons birmans, qui peuvent dépasser cinq mètres de long, chassent n’importe quoi, du petit oiseau à la biche en passant par les alligators. Ils avalent leurs proies entières, après les avoir étouffées. 

Vendredi 28 Mars 2014

Lu 73 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs