Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le protectionnisme a-t-il permis le miracle américain ?




Le protectionnisme a-t-il permis le miracle américain ?
La plupart des économistes s’accordent sur le fait qu’il est préférable pour un pays de s’ouvrir à l’économie mondiale plutôt que d’ériger des barrières commerciales. En générant des gains de productivité associés à la division du travail et à la spécialisation, le libre-échange augmente le niveau de vie des habitants du pays qui l’adopte. Le protectionnisme, en revanche, affaiblit la concurrence et tarit les incitations à innover.
Cependant, malgré le relatif consensus autour de cette question, certains économistes hétérodoxes contestent ces conclusions. Le protectionnisme, selon eux, ne serait pas aussi nuisible que le prétendent les économistes libre-échangistes. Au contraire : en protégeant ses entreprises inexpérimentées de la concurrence mondiale, un pays peut encourager l’industrialisation et la croissance économique.
Selon ces économistes, l’histoire économique américaine confirmerait cette thèse. L’économiste coréen Ha-Joon Chang, l’un des principaux partisans du protectionnisme aujourd’hui, affirme que «Les Etats-Unis, superstars économiques de la fin du XIXe siècle, ont suivi des recettes politiques allant totalement à l’encontre de l’orthodoxie néolibérale actuelle». Jacques Sapir, héraut de la «démondialisation» en France, affirme également que «les Etats-Unis doivent, dans une très large mesure,  leur expansion, après la Guerre de Sécession, à un protectionnisme ombrageux doublé d’une forte intervention publique». Marc Rousset note sur son blog que «les Etats-Unis pratiquèrent un protectionnisme virulent, avec des tarifs douaniers de l’ordre de 50%. C’est avec cette stratégie qu’ils connurent le taux de croissance le plus élevé au monde et accédèrent au leadership mondial». 
Qu’en est-il ? Il est vrai qu’aux Etats-Unis, à la fin du XIXe siècle, le droit de douane moyen appliqué aux produits manufacturés était l’un des plus élevés au monde, autour de 40 ou 50% selon la plupart des estimations. Il est vrai également que les Etats-Unis connurent pendant cette période une forte croissance économique, rattrapant la Grande-Bretagne en termes de PIB réel par habitant.
Mais corrélation n’est pas causalité. Que des droits de douanes élevés aient coïncidé avec une forte croissance n’implique pas qu’ils aient été à l’origine de cette croissance. En réalité, il existe de bonnes raisons de penser que le développement économique de la fin du XIXème siècle s’est produit en dépit du protectionnisme.
Pour le comprendre, il faut revenir aux sources de la croissance américaine durant cette période. Douglas Irwin, qui a étudié cette question dans son article «Tariffs and Growth in Late Nineteenth Century America», a montré que la croissance était essentiellement tirée par l’accumulation du capital dans les secteurs produisant des biens non échangeables internationalement, comme les chemins de fer et l’industrie du bâtiment. Or, par définition, les secteurs produisant des biens non échangeables ne sont  pas concernés par les droits de douanes. Par conséquent, le protectionnisme ne peut pas avoir été à l’origine de la croissance.
Irwin montre également que, non seulement le protectionnisme n’a pas été à l’origine du développement économique, mais qu’il lui a été nuisible. En renchérissant le prix des biens d’équipement importables (machines-outils, engins à vapeur…), les droits de douanes ont comprimé l’investissement et l’accumulation du capital, sources essentielles de la croissance de cette époque. Selon Bradford De Long, « les effets nocifs des droits de douanes sur l’investissement étaient extrêmement importants pour la croissance du XIXème siècle. Sur le long terme, une réduction de la part de l’investissement réel dans le produit national de 2 à 4% entraine une réduction du ratio capital-produit de 10 à 20% - et une réduction de la productivité et du salaire réel de 5% ou plus».
Enfin, les protectionnistes oublient que Etats-Unis représentaient alors l’une des zones de libre échange intérieur les plus étendues de la planète. En son sein, les mouvements de marchandises et de capitaux étaient libres ; des entreprises y sont nées et s’y sont développées en l’absence de protection contre les concurrents plus expérimentés. Comme le rappelle Gottfried Haberler, «un puissant centre industriel a été établi en une courte période dans le Middle West américain, sans aucune protection contre les industries établies des Etats de l’est, bien que ces derniers bénéficiassent des avantages énumérés par [les partisans du protectionnisme éducateur]». 
En résumé, si les partisans du protectionnisme cherchent une illustration pour appuyer leur thèse, ce n’est pas vers l’histoire économique des Etats-Unis qu’ils doivent se tourner.
Par Geoffroy Helgé
Articles publiés 
en collaboration avec www.unmondelibre.org

Geoffroy Helgé
Lundi 27 Août 2012

Lu 359 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs