Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le projet de régionalisation doit passer à la phase d’application

Le développement intégré palliera les rivalités interrégionales




Le projet de régionalisation doit passer à la phase d’application
Le chercheur et académicien Abderrahman Amrani a souligné que le projet relatif à la régionalisation devrait incessamment passer à la phase d’exécution, en vue de réaliser ses objectifs en matière de développement régional.
Intervenant, mercredi à Boulmane, lors d’une conférence organisée dans le cadre de la 9-ème édition du Festival d’Adrar, Amrani a ajouté que la mise en place des nouveaux mécanismes de cette régionalisation serait à même de changer le mode de développement, mais aussi de révolutionner les procédures de fonctionnement de l’Etat en général.
 « Le nouveau projet pallie, en effet, le problème des rivalités intercommunales et même interrégionales impactant négativement le développement et endiguant tous les efforts de développement », a-t-il dit, ajoutant que « les conseils régionaux qui se penchent sur une vingtaine de points en trois ou quatre heures, pourraient changer radicalement leurs méthodes de travail». La priorité doit être ainsi accordée au développement intégré, planifié  sur la base d’une concertation et d’une prise de conscience régionale et nationale.
Et l’ancien député au nom de l’USFP de faire remarquer que cette nouvelle situation dicte « une réelle mise à niveau des élus, des institutions et de la société civile », afin d’accompagner les dispositions de la nouvelle Constitution.
Pour la première fois, a-t-il souligné, on va avoir un président de la région élu au suffrage universel, ce qui donnera plus de visibilité au conseil régional. Sans omettre de mettre l’accent sur les nouvelles attributions du président du CR, Amrani a indiqué que le président de cette instance occupera un poste politique à part entière et sera par la force des choses un acteur principal dans la vie régionale. Une véritable contribution à la participation politique, dans la mesure où les citoyens sauront la raison d’être du statut d’un électeur libre et conscient des besoins et préoccupations de sa région. C’est aussi, une manière d’approfondir le sentiment d’appartenance régionale au détriment des  appartenances tribale et locale.
L’ancien professeur universitaire a conclu qu’on « agit ainsi dans un esprit de développement et pas uniquement de découpage administratif», soulignant en même temps que « les anciens soucis sécuritaires du découpage territorial seront relégués  au second plan».
Les rivalités qui secouent de temps à autre le débat politique sur la régionalisation seront vaines, avec une politique encourageant la bipolarité, à la lumière des expériences internationales en la matière.

Mustapha Elouizi
Samedi 17 Août 2013

Lu 557 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs