Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le programme de modernisation d’Essaouira passe à la vitesse supérieure




Le programme de mise à niveau de la ville d’Essaouira vise à mettre en œuvre des projets de développement et de modernisation. De ce fait il est passé à la vitesse supérieure avec l’entame des projets programmés dans le cadre de sa deuxième phase.
Mettre à niveau les infrastructures de base, rehausser le paysage urbain d’une ville à vocation   touristique, revaloriser les patrimoines culturels et cultuels, préserver l’environnement, améliorer la qualité de vie des citoyens, renforcer le développement socioéconomique, autant d’objectifs que s’est fixés ce programme qui s’étend sur deux périodes (2010-2014 et 2015-2018)
La première phase avait ciblé la mise à niveau d’Essaouira (432 MDH - première tranche), l’aménagement de la ceinture verte (15 MDH) et la protection de la ville contre les inondations (12MDH).
la première tranche  avait, à cet effet, permis  le renforcement du réseau d’assainissement liquide, la modernisation et l’extension du réseau d’éclairage public,  l’extension du réseau viaire, le revêtement des chemins piétons, l’installation d’un réseau d’arrosage et l’aménagement des espaces verts. Les sites à caractère spécifique ont été à leur tour revalorisés tels le boulevard Med V et la Corniche, les deux entrées de la ville, le boulevard Al Aqaba et  la place 11 Janvier.
 Le projet d’aménagement de la ceinture verte qui a avancé à 65 % se fixe pour objectif la délimitation de l’extension urbaine qui s’est opérée, au cours de l’évolution de la ville, par un empiétement continu des dunes et  lagunes,
la protection de la biodiversité,  la création d’une transition entre la ville et l’espace naturel, l’aménagement d’un espace ouvert à la population en vue de l’appropriation de cette zone, malheureusement dégradée, par les citoyens. Dans le but de protéger la ville durablement du danger des inondations, des digues de  protection ont été réalisées des deux côtés des berges de l’Oued Ksob.
La deuxième phase du plan de développement et de modernisation s’étalera sur la période 2015-2018 avec un coût de 500 MDH et permettra, entre autres, le réaménagement et la mise à niveau de la corniche et des espaces verts des places tampons avoisinant les remparts (152 MDH), la mise à niveau et la réhabilitation de l’ancienne médina (185 MDH ) et du  quartier Mellah (163 MDH).
 Le patrimoine bâti, les lieux de culte ainsi que les espaces publics de l’ancienne médina seront réhabilités dans le cadre de ce projet qui ciblera la revalorisation du quartier Mellah  à travers des projets de renouvellement du réseau d’assainissement liquide, de renforcement du réseau d’eau potable, de rénovation du réseau d’éclairage public et des monuments du quartier, avec évidemment le réaménagement de la voirie  et le revêtement des trottoirs.
Le cadre bâti dégradé de l’ancienne Médina fera à son tour l’objet d’un programme de relogement des familles habitant des maisons menaçant ruine outre un projet de restauration des bâtiments.  
Certes, c’est un programme ambitieux qui a su mobiliser plusieurs intervenants dans le cadre de conventions, et qui constitue une réelle opportunité de modernisation et de développement de la ville, mais il interpelle, plus que jamais, la responsabilité des services compétents au niveau du suivi des travaux et de la pérennisation des infrastructures réalisées.

 

Abdelali Khallad
Vendredi 6 Mai 2016

Lu 1954 fois


1.Posté par Beyrand jean marie le 06/05/2016 08:22
Vous allez sans doute pensez que je fais une fixation mais l'état de la piste du km 8 à El Ghazoua qui concerne environ 2000 résidants est une honte, de plus elle est dangereuse, de nombreuses familles vivent dans la poussière, elle est défoncé par les camions qui se multiplient pour les divers chantiers, notamment concernant des résidences à vocation touristique. Sans aller jusqu'a un goudronnage couteux, il s'agit simplement de répendre et damer un compactage durable digne d'un quartier éminemment touristique et porteur d'emploi pour les habitants des douars et surtout faire en sorte que les enfants et les adultes respirent mieux car je pense qu'aujourd'hui les bronchites et autres maladies respiratoires se multiplient par le simple fait de négligences coupables, pour conclure les habitants locaux évoquent d'autres raisons mais c'est un autre probléme que je ne souhaite pas aborder car c'est trop immorale et ne concerne sans doute pas un amoureux du Maroc, heureux d'y vivre.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs