Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le prisme tactique : Un FUS perdu




Le prisme tactique : Un FUS perdu
Le FUS de Rabat
a enchaîné une seconde
défaite en phase de groupes de la Coupe de la CAF, plombé par des absences
de poids, une défense
à 5 expérimentale et une ambition offensive réduite
à sa plus simple expression.  


Il y a des fois, comme ce fut le cas dimanche, où le dessein d’un résultat prend forme avant le coup d’envoi. A l’annonce de la composition de l’équipe, le scepticisme a pointé le bout de son nez dans l’esprit des observateurs. Dès les premières minutes, l’impression de fatuité qui se dégageait des joueurs du FUS de Rabat allait dans ce sens et ne laissait plus aucun doute sur le résultat final. Nous ne sommes pas des devins, loin de là, cependant, au revisionnage du match, l’absence de joueurs cadres et la volonté de jeu minimaliste, basé principalement sur les contre-attaques, ont constitué autant de signes révélateurs sur l’inévitable issue de la rencontre. Cette prestation rappelle surtout que la meilleure façon de perdre un match, c’est de le jouer pour arracher le nul.

Une défense expérimentale
aux abois :
Handicapé par les absences de plusieurs joueurs cadres, O. Regragui a choisi d’agencer son équipe dans un système en 3-4-3 en phase offensive, lequel a fait face au 5-3-2 du club de la capitale ougandaise. Malgré un certain entrain dès le début du match, visible à travers un pressing haut, ce dernier fut totalement inopérant. En cause, un quadrillage du terrain «désynchro» et un manque d’agressivité sur les seconds ballons. En constatant l’inefficacité de leur récupération des balles aériennes, inconsciemment ou en réponse aux ajustements dictés par leur entraîneur, les joueurs du FUS ont commencé peu à peu à perdre du terrain comme la canote glacière du Groenland.
Constamment sur le recouloir, recroquevillée dans ses 25 derniers mètres, l’équipe du FUS a démontré qu’il ne suffit pas de squatter en nombre et parquer le bus devant le but pour être imperméable. Il aurait fallu s’appliquer à réduire les espaces entres les lignes, compenser les déplacements de ses coéquipiers, coulisser dans la largeur. En somme, des caractéristiques qui ont singulièrement manqué à l’animation défensive du FUS, par manque de repère, sûrement. D’autant plus qu’en choisissant cette option ultra-défensive, les joueurs du FUS se sont retrouvés à la merci d’erreurs de placement et de gestes mal maîtrisés de leur bloc défensif bas. Preuve en est l’ouverture du score sur un penalty, consécutif à une grossière faute, fortement évitable dans la surface de réparation. Ces lacunes ont été parfaitement exploitées par les Ougandais, qui ont pénétré la défense rbatie, comme une lettre à la poste, avec une facilité déconcertante pour marquer le second but, après un enchaînement, une-deux et tir, dans la surface de réparation. A l’origine de cette réalisation, une simple touche, amplifiée par un pressing lâche, distant et désordonné du bloc rbati. Dans le même sens, le dernier but encaissé par les Rbatis, questionne tout à la fois, la motivation, le positionnement et l’apathie qui les a réduit à de simple spectateurs de l’action.  

Une attaque sans solutions
Le FUS a bien essayé de s’extirper du marasme de sa prestation offensive timide et sans saveur. Les nombreuses récupérations basses du cuir n’ont été suivies, ni par une phase de transition efficiente, ni par une remontée collective du bloc, la plupart du temps, coupé en deux. La faute à un manque de prise de risque des défenseurs centraux excentrés. En dépit de la liberté qui leur a été octroyée par l’absence de pressing ougandais sur cette partie du terrain, ces derniers n’ont jamais réussi à gagner quelques mètres balle au pied. Attitude qui aurait eu le don d’attirer un des attaquants adverses, et par la même occasion, libérer un de leurs milieux relayeurs. La phase de transition rapide en contre-attaque a sévèrement souffert d’un manque de sérénité, de justesse et de qualité technique dans la remontée de balle, gênée par la supériorité numérique du milieu de Kampala et son pressing sur toute la largeur du terrain (5 contre 4), ainsi que dans les 30 derniers mètres adverses (1 tir cadré en 80 minutes de jeu).  Mais l’unique but du FUS a démontré qu’avec un peu plus d’appétit et d’ardeur, il y avait place à espérer mieux. Surtout en attaquant l’espace laissé entre les défenseurs centraux et les latéraux, principal inconvénient d’une défense à cinq. Une piste inexplorée jusqu’au but (81) par les attaquants du FUS, trop occupés à défendre.     
Un nouveau coup dur donc, dans une saison qui ne lui a offert aucun répit. Le FUS a payé la faible protection de son but par une défense à trois lourde et sans repères, ainsi qu’un milieu à quatre volatile, sans doute plombé par moult absences et une saison éprouvante, qui s’étirera encore au moins pour une semaine.  Opposé vendredi prochain au Rivers United FC, le Fath Union Sport se retrouvera à la croisée des chemins, au pied d'une montagne lestée d'une lourde charge d'ondes négatives et un moral qui ne remonte pas plus haut que les protège-tibias. Mais il sera impératif d’entretenir l’espoir et de faire appel à leur sens de l'urgence et leur instinct de survie, mais avant tout, aux prières. Car il ne faut pas se leurrer, un match nul entre les deux premiers du groupe condamnerait les velléités de qualification du FUS.  

Chadi Chaabi (Stagiaire)
Mercredi 5 Juillet 2017

Lu 638 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs