Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le président syrien a probablement eu recours à des armes chimiques




Le président syrien a probablement  eu recours à des armes chimiques
Les Etats-Unis ont reconnu pour la première fois jeudi que le régime syrien avait probablement utilisé des armes chimiques, tout en soulignant que leurs renseignements n'étaient pas suffisants pour avoir la certitude que Damas avait franchi la "ligne rouge" tracée par Washington.
"La communauté américaine du renseignement conclut, avec différents degrés de certitude, que le régime syrien a utilisé des armes chimiques à petite échelle en Syrie, en particulier du sarin", a affirmé le secrétaire à la Défense Chuck Hagel face aux journalistes à Abou Dhabi.
"Différents degrés de certitude" signifie dans le jargon du renseignement américain que ses agences ne sont pas toutes du même avis, a expliqué à l'AFP un haut responsable du Pentagone.
 La Maison Blanche a ensuite confirmé avoir communiqué cette évaluation à des élus du Congrès, mais souligné que les indices ne constituaient pas encore une preuve formelle à ses yeux.
 L'évaluation de la communauté du renseignement américain est "fondée en partie sur des prélèvements" sur des personnes, a révélé la porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), Caitlin Hayden. Mais "la chaîne de transmission (des échantillons) n'est pas claire, donc nous ne pouvons pas confirmer comment l'exposition (au sarin) a eu lieu".
Le Premier ministre britannique David Cameron a toutefois jugé vendredi que les "preuves croissantes" de l'usage d'armes chimiques en Syrie étaient "extrêmement graves" et devaient encourager la communauté internationale à "faire davantage".
 "Il s'agit de preuves limitées, mais nous avons eu, nous aussi, des preuves croissantes de l'utilisation d'armes chimiques, probablement par le régime. C'est extrêmement grave, c'est un crime de guerre", a déclaré sur la BBC David Cameron, qui s'est dit toutefois opposé à l'envoi de troupes sur le terrain.
Selon un porte-parole du département d'Etat, Patrick Ventrell, les agences de renseignement ont eu connaissance de deux occurrences d'utilisation présumée d'armes chimiques en Syrie. Il a refusé de donner davantage de détails.
 Le président Barack Obama a mis en garde à de nombreuses reprises le régime Assad contre le recours à ses stocks d'armes chimiques, affirmant notamment le 20 mars dernier en Israël qu'il s'agirait d'"une grave et tragique erreur", et qu'un tel développement "change(rait) la règle du jeu". Il avait aussi parlé de "lignes rouges" à ne pas franchir pour Damas.

AFP
Samedi 27 Avril 2013

Lu 407 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs