Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le président palestinien accepte la démission de son Premier ministre




Le président palestinien accepte la démission de son Premier ministre
Le président palestinien Mahmoud Abbas a accepté la démission de son nouveau Premier ministre Rami Hamdallah, trois semaines seulement après sa nomination, a indiqué dimanche à l’AFP un haut responsable palestinien.
«Le président Abbas a accepté la démission de M. Hamdallah après que ce dernier a refusé de travailler avec deux vice-Premiers ministres», a affirmé ce haut responsable.
M. Hamdallah, un universitaire nommé le 2 juin, avait exprimé sa frustration de devoir partager ses pouvoirs avec deux vice-Premiers ministres imposés par M. Abbas, le député Ziad Abou Amr et Mohammad Moustapha, président du Fonds d’investissement de Palestine (FIP) et conseiller économique du président, en charge des questions économiques.
Le Premier ministre, qui avait présenté jeudi sa démission à la surprise générale avant de la suspendre vendredi, réclamait des «compétences claires et définies pour lui en tant que chef du gouvernement et pour ses vice-premiers ministres conformément à la loi afin d’éviter les conflits et les empiètements sur les prérogatives».
«Le président Abbas a rejeté les conditions mises par le Premier ministre pour rester», a précisé le haut responsable à l’AFP.
Deux longues réunions entre MM. Abbas et Hamdallah, vendredi et samedi, pour tenter de régler le différend, n’avaient abouti à aucun accord.
M. Hamdallah restera à la tête du gouvernement de l’Autorité palestinienne jusqu’à la désignation d’un nouveau Premier ministre par le président Abbas.
Cet épisode trahit la profondeur de la crise d’une Autorité palestinienne en voie de décomposition, selon des commentateurs et responsables politiques.
Dès sa nomination, M. Hamdallah avait dit vouloir rapidement s’effacer en faveur d’un gouvernement d’union nationale, en vertu des accords de réconciliation entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et la Bande de Gaza.
Lors d’une réunion au Caire le 14 mai, le Fatah et le Hamas se sont donné trois mois pour appliquer enfin les principales clauses de leurs accords de réconciliation, prévoyant que les gouvernements rivaux cèdent la place à un exécutif transitoire non partisan chargé d’organiser des élections.

AFP
Lundi 24 Juin 2013

Lu 87 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs