Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le président gabonais a été condamné par un tribunal français : Saisie de comptes bancaires de Bongo




Le président gabonais a été condamné par un tribunal français : Saisie de comptes bancaires de Bongo
S’il vient passer quelques jours de vacances en France, le président gabonais Omar Bongo ne pourra pas puiser dans sa cassette parisienne. Le vendredi 13 février ne lui a pas porté chance. Depuis ce jour-là, ses comptes courants et ses comptes titres ouverts dans plusieurs agences du Crédit lyonnais et de la BNP sont verrouillés. Les fonds déposés dans ces deux banques ont été saisis. C’est sans doute la première fois en France qu’un chef d’Etat en exercice voit ses avoirs gelés de la sorte. La saisie de ces comptes est intervenue suite à la condamnation, en France, du président gabonais à rembourser 457.347 EUR versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996, a indiqué jeudi l’avocat du plaignant. “Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s’agit du Crédit Lyonnais - dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre - et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre”, a indiqué Me Jean-Philippe Le Bail à l’AFP. “Sur l’ensemble de ces comptes il y a un peu plus de 4 millions d’euros, sous réserve des opérations en cours”, a ajouté l’avocat. La saisie est intervenue dans le cadre d’une “procédure diligentée par l’avocat girondin Me Jean-Philippe Le Bail”, à la suite d’un arrêt rendu le 29 septembre par la cour d’appel de Bordeaux. Celle-ci avait condamné Omar Bongo à “restituer la rançon de 457.000 euros exigée pour la libération de René Cardona en 1996”. René Cardona, un industriel français, avait été écroué pendant plusieurs semaines à la prison de Libreville à la suite d’un différend financier avec le président gabonais. Auparavant, il avait vendu une pêcherie avec sa flottille à une société contrôlée par Omar Bongo et sa famille. Mais le président gabonais avait ensuite demandé à René Cardona de reprendre son bien. Devant le refus de celui-ci, il avait porté plainte pour escroquerie auprès d’un juge d’instruction qui était son neveu. Pour obtenir la libération de son père alors qu’une épidémie de fièvre Ebola sévissait à la prison de Libreville, le fils de René Cardona avait alors dû verser 457.000 euros. Les avocats du président Bongo ont toujours affirmé devant la justice française qu’il s’agissait du règlement d’une dette pour “le dédommager pour lui avoir cédé un bateau en mauvais état”. La Cour d’appel de Bordeaux n’a pas admis cette version et sa décision est exécutoire. Selon Sud-Ouest, la somme, intérêts compris, due aujourd’hui par Omar Bongo à René Cardona s’élève à 1,131 million d’euros. Toujours selon le quotidien régional, Omar Bongo a effectué un pourvoi en cassation de la décision de la cour d’appel de Bordeaux, mais ce pourvoi n’est pas suspensif et ne peut être examiné que si les sommes dues sont réglées. Les avocats du président gabonais disposent d’un délai de trois mois pour trouver une parade juridique à la saisie de ses comptes français.

AFP, AP
Vendredi 27 Février 2009

Lu 272 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs