Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le président démis par ses pairs : Du rififi à l’Union des écrivains du Maroc




Le président démis par ses pairs : Du rififi à l’Union des écrivains du Maroc
L’Union des écrivains du Maroc se sépare de son président, Abdelhamid Akkar. C’est ce qu’a annoncé le bureau exécutif de l’UEM dans un communiqué, soulignant que cette décision a été prise à la majorité de ses membres lors d’une réunion tenue samedi dernier.
Abdelhamid Akkar a été révoqué de son poste de président « après plusieurs interventions et médiations menées par d’anciens présidents de l’Union et d’acteurs associatifs pour transcender la léthargie de l’Union depuis son 17ème Congrès national et dont la responsabilité incombe à son président », précisent les signataires. Qui justifient leur décision par l’inaction du président révoqué face aux nombreux problèmes en suspens. L’Union condamne par ailleurs le mode de résolution choisi par Abdelhamid Akkar et qui repose sur “l’atermoiement”.
Contactés par nos soins, le président déchu n’a pas souhaité  s’exprimer. Les signataires du communiqué nous ont réaffirmé qu’ils reprochent au président de l’Union des écrivains son monopole de toutes les prérogatives du bureau exécutif, tant au niveau organisationnel que décisionnel. Ils protestent également contre le refus d’Abdelhamid Akkar de laisser chacun des membres du bureau exécutif de faire le suivi ou de superviser les dossiers dont ils ont la charge.
D’autre part, l’approche classique des activités culturelles (séminaires, soirées poétiques) et la non ouverture sur les nouvelles générations   d’écrivains et les nouveaux modes d’expression culturelle témoignent de la faillite de la méthode adoptée depuis son élection il y a un an, ont-ils souligné.
S’exprimant sur la légalité de sa démarche, le bureau exécutif explique qu’il “ élit le président de l’UEM” et qu’à ce titre la réunion ayant abouti à l’éviction de son président revêt un caractère “légal avec la présence de la majorité des membres” (article 9 du statut de l’Union). Et d’ajouter que le bureau “prend ses décisions à la majorité” (article 8).
Pour mettre fin à la mauvaise organisation des activités de l’Union, les signataires dudit communiqué, affirment que  Abdelhamid Akkar a toujours refusé d’entériner l’idée  d’élaborer une Charte de déontologie déterminant les modes de gestion et la responsabilité de chacun des membres du bureau. Sachant que, selon les signataires, l’ex-président, s’accapare à lui seul la représentativité de l’Union au sein de certaines institutions telles le CCDH (Conseil consultatif des droits de l’Homme et le CSE (Conseil supérieur de l’enseignement).
Le communiqué est signé des membres du bureau exécutif, Abderrahim El Allam, Hassan Bahraoui, Hicham Alaoui, Mustapha Nehhal et Ahed Saïd. 

Alain Bouithy
Mercredi 28 Octobre 2009

Lu 375 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs