Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le président Rohani et ses alliés confortés dans leur politique d'ouverture

La plupart des ultraconservateurs ont perdu leur siège au Parlement




Le président iranien Hassan Rohani a affirmé mardi que les électeurs avaient choisi le "bon chemin" pour le pays, après un double scrutin qui a permis à ses alliés réformateurs de progresser face aux conservateurs.
"Je remercie le peuple (...) qui a permis au pays de faire un pas en avant et a ouvert le chemin du développement en déterminant quelle sensibilité parmi plusieurs, était la plus proche" de ses aspirations, a dit M. Rohani lors d'une conférence sur l'industrie automobile à Téhéran.
Le président modéré iranien Hassan Rohani et ses alliés réformateurs ont été confortés dans leur politique d'ouverture en enregistrant une forte progression lors des législatives de vendredi face aux conservateurs, sans qu'aucun des deux camps n'obtienne la majorité au Parlement.
La plupart des ultraconservateurs ont perdu leur siège au Parlement et le président Rohani pourra, outre ses propres soutiens, compter sur les voix de députés conservateurs modérés sur certains dossiers ou réformes.
Ces résultats sont pour M. Rohani un encouragement à poursuivre dans la voie de l'ouverture, sept mois après la conclusion d'un accord entre les grandes puissances et l'Iran sur son programme nucléaire, qui lui a permis de sortir le pays de l'isolement.
Sur 290 sièges, 103 sont occupés par des conservateurs ou proches, 95 par des réformateurs/modérés ou proches et 14 par des indépendants dont la tendance politique est encore inconnue.
Il faut y ajouter quatre conservateurs modérés ayant été soutenus par les réformateurs et cinq représentants des minorités religieuses qui n'ont généralement pas d'affiliation politique.
Un second tour sera organisé en avril pour pourvoir 69 sièges où aucun des candidats n'a récolté un nombre suffisant de voix pour pouvoir être élu au premier tour.
Les réformateurs, qui avaient en partie boycotté les législatives de 2012, n'avaient qu'une trentaine de députés - contre environ 200 aux conservateurs - dans le Parlement sortant. Avec leurs alliés modérés, ils en auront au moins trois fois plus dans la prochaine assemblée.
Le Parlement comptera au moins quatorze femmes, en majorité réformatrices, contre neuf auparavant, toutes conservatrices.
Avant la fin de son premier mandat de quatre ans, en 2017, le président Rohani entend s'appuyer sur les retombées financières attendues par la levée de la plupart des sanctions depuis mi-janvier - rendue possible par l'accord nucléaire - pour relancer l'économie et mener à bien des réformes économiques et sociales.
Sauf surprise, il devrait se représenter pour un second et dernier mandat, conformément à la Constitution.
Le président du Parlement sortant, Ali Larijani, un conservateur modéré, a estimé qu'après les élections, les efforts "doivent se tourner vers la convergence" des forces "pour faire avancer les objectifs" nationaux et internationaux de l'Iran.
L'ancien président réformateur Mohammad Khatami (1997-2005), architecte du rapprochement entre les réformateurs et les modérés de Rohani, a salué de son côté "la solidarité, l'unité et la coalition des forces qui veulent réformer" le pays.
Les réformateurs et modérés ont également remporté une victoire symbolique à l'élection de l'Assemblée des experts qui est chargée de nommer le guide suprême.
Ce scrutin a eu lieu en même temps que les législatives. Le taux de participation a été de 60% dans les provinces, 50% à Téhéran pour ces deux élections.
Deux figures conservatrices religieuses de l'Assemblée, dont son président l'ayatollah Mohammad Yazdi, et l'ayatollah Mohammad Taghi Mesbah Yazdi, ont été battues à Téhéran.
Les réformateurs et modérés avaient mené campagne pour les faire battre. Ils n'ont en revanche pas réussi à faire éliminer l'ayatollah Ahmad Janati, le chef du puissant Conseil des gardiens de la constitution, déterminant dans la vie politique iranienne.
L'ancien président modéré Akbar Hachemi Rafsandjani arrive en tête à l'Assemblée des experts, suivi par le religieux conservateur Mohammad Emami Kashani, et le président Rohani lui-même.
Le président Rohani et ses alliés confortés dans leur politique d'ouverture
La plupart des ultraconservateurs ont perdu leur siège au Parlement
Le président iranien Hassan Rohani a affirmé mardi que les électeurs avaient choisi le "bon chemin" pour le pays, après un double scrutin qui a permis à ses alliés réformateurs de progresser face aux conservateurs.
"Je remercie le peuple (...) qui a permis au pays de faire un pas en avant et a ouvert le chemin du développement en déterminant quelle sensibilité parmi plusieurs, était la plus proche" de ses aspirations, a dit M. Rohani lors d'une conférence sur l'industrie automobile à Téhéran.
Le président modéré iranien Hassan Rohani et ses alliés réformateurs ont été confortés dans leur politique d'ouverture en enregistrant une forte progression lors des législatives de vendredi face aux conservateurs, sans qu'aucun des deux camps n'obtienne la majorité au Parlement.
La plupart des ultraconservateurs ont perdu leur siège au Parlement et le président Rohani pourra, outre ses propres soutiens, compter sur les voix de députés conservateurs modérés sur certains dossiers ou réformes.
Ces résultats sont pour M. Rohani un encouragement à poursuivre dans la voie de l'ouverture, sept mois après la conclusion d'un accord entre les grandes puissances et l'Iran sur son programme nucléaire, qui lui a permis de sortir le pays de l'isolement.
Sur 290 sièges, 103 sont occupés par des conservateurs ou proches, 95 par des réformateurs/modérés ou proches et 14 par des indépendants dont la tendance politique est encore inconnue.
Il faut y ajouter quatre conservateurs modérés ayant été soutenus par les réformateurs et cinq représentants des minorités religieuses qui n'ont généralement pas d'affiliation politique.
Un second tour sera organisé en avril pour pourvoir 69 sièges où aucun des candidats n'a récolté un nombre suffisant de voix pour pouvoir être élu au premier tour.
Les réformateurs, qui avaient en partie boycotté les législatives de 2012, n'avaient qu'une trentaine de députés - contre environ 200 aux conservateurs - dans le Parlement sortant. Avec leurs alliés modérés, ils en auront au moins trois fois plus dans la prochaine assemblée.
Le Parlement comptera au moins quatorze femmes, en majorité réformatrices, contre neuf auparavant, toutes conservatrices.
Avant la fin de son premier mandat de quatre ans, en 2017, le président Rohani entend s'appuyer sur les retombées financières attendues par la levée de la plupart des sanctions depuis mi-janvier - rendue possible par l'accord nucléaire - pour relancer l'économie et mener à bien des réformes économiques et sociales.
Sauf surprise, il devrait se représenter pour un second et dernier mandat, conformément à la Constitution.
Le président du Parlement sortant, Ali Larijani, un conservateur modéré, a estimé qu'après les élections, les efforts "doivent se tourner vers la convergence" des forces "pour faire avancer les objectifs" nationaux et internationaux de l'Iran.
L'ancien président réformateur Mohammad Khatami (1997-2005), architecte du rapprochement entre les réformateurs et les modérés de Rohani, a salué de son côté "la solidarité, l'unité et la coalition des forces qui veulent réformer" le pays.
Les réformateurs et modérés ont également remporté une victoire symbolique à l'élection de l'Assemblée des experts qui est chargée de nommer le guide suprême.
Ce scrutin a eu lieu en même temps que les législatives. Le taux de participation a été de 60% dans les provinces, 50% à Téhéran pour ces deux élections.
Deux figures conservatrices religieuses de l'Assemblée, dont son président l'ayatollah Mohammad Yazdi, et l'ayatollah Mohammad Taghi Mesbah Yazdi, ont été battues à Téhéran.
Les réformateurs et modérés avaient mené campagne pour les faire battre. Ils n'ont en revanche pas réussi à faire éliminer l'ayatollah Ahmad Janati, le chef du puissant Conseil des gardiens de la constitution, déterminant dans la vie politique iranienne.
L'ancien président modéré Akbar Hachemi Rafsandjani arrive en tête à l'Assemblée des experts, suivi par le religieux conservateur Mohammad Emami Kashani, et le président Rohani lui-même.

 

Mercredi 2 Mars 2016

Lu 208 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs