Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le pouvoir veut en finir avec les Frères musulmans

Un tribunal égyptien interdit les activités de la confrérie




Le pouvoir veut en finir avec les Frères musulmans
  Un tribunal égyptien a interdit lundi toutes les activités des Frères musulmans (FM) et a ordonné la saisie des biens et des fonds du groupe, a rapporté le quotidien d’Etat Al-Ahram en ligne.
Compte tenu du fait que les FM sont officiellement enregistrés comme organisation non-gouvernementale depuis mars, le tribunal du Caire a également interdit  les activités du groupe à titre d'organisation non-gouvernementale ainsi qu'à toutes les institutions qui lui sont affiliées.
Selon la dernière décision de la cour, un comité du gouvernement sera formé pour gérer temporairement les fonds des FM jusqu'à ce qu'une décision irrévocable du tribunal soit rendue.
Un porte-parole du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), le bras politique des FM, a condamné lundi la décision du tribunal, notant que les FM pourraient faire appel du verdict, a rapporté l'agence de presse MENA.
Les FM ont également critiqué la décision du tribunal sur leur compte Twitter, disant que "les Frères Musulmans en tant qu'organisation seront toujours présents sur le terrain, même après leur dissolution, et continueront de servir le peuple égyptien".
Ayman Salama, spécialiste en droit international, a indiqué à l'agence MENA que le verdict est compatible avec les articles du droit international.
Fondée en 1928, l'organisation des Frères Musulmans, mouvement politique pan islamique, religieux et social influent, s'est retrouvée le plus souvent déclarée hors la loi. En 1948, les F.M. ont été dissous pour la première fois suite à des accusations d'attentats à l'explosif et d'assassinats. En 1954, ce mouvement a été de nouveau interdit  pour ses liens avec une tentative ratée d'assassinat du président d'alors, Gamal Abdel Nasser.
Suite au renversement du président Hosni Moubarak en 2011, le Parti de la justice et de la liberté (FJP) a été formé, et le chef du parti Mohamed Morsi est devenu le premier président démocratiquement élu du pays en 2012. Cependant, M. Morsi a été renversé par l'armée le 3 juillet 2013 en réponse à des manifestations massives à travers tout le pays.

Libé
Mercredi 25 Septembre 2013

Lu 53 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs