Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le pouvoir thérapeutique de la musique contre l’Alzheimer




Le pouvoir thérapeutique de la musique contre l’Alzheimer
Si elle n’a pas le pouvoir de guérir de la démence ou de la maladie d’Alzheimer, la musique peut néanmoins aider les malades à “réveiller” leurs souvenirs, comme le révèle un documentaire présenté ce week-end au Festival américain de Sundance.
“Alive Inside: A Story of Music and Memory” (“Vivant à l’intérieur: une histoire de musique et de mémoire”), premier long métrage de Michael Rossato-Bennett, est en compétition au Festival du cinéma indépendant, qui se tient jusqu’au 26 janvier à Park City, dans les montagnes de l’Utah aux Etats-Unis.
 Le film, souvent très émouvant, suit les efforts de Dan Cohen, fondateur de l’Association Music and Memory, pour convaincre les maisons de retraite américaines des bénéfices de la musique sur les patients souffrant de démence et d’Alzheimer.

Armé de casques et de baladeurs numériques, il montre, à la surprise des personnels soignants eux-mêmes, comment des patients enfermés dans le mutisme et perdus dans les méandres de la démence sénile, semblent retrouver certains souvenirs et sensations dès qu’ils entendent la musique qu’ils aiment. L’expérience, réalisée devant la caméra, est impressionnante et nombre de patients se mettent à parler, sourire, chanter, voire esquisser des pas de danse devant leurs familles stupéfaites, à l’écoute du jazz de leur jeunesse ou des musiques de leurs premiers flirts.
“Ce n’est pas une guérison”, explique à l’AFP Michael Rossato-Bennett. “Il n’y a aucun moyen de récupérer les cellules (nerveuses) qui ont été détruites. C’est comme si les endroits où sont stockés les souvenirs étaient partis pour toujours”.
Mais la musique, à l’inverse d’autres émotions, a l’habilité de pénétrer dans les recoins du cerveau les moins touchés par la démence, qui frappe aujourd’hui cinq millions d’Américains. “Quand vous avez Alzheimer, le monde devient écrasant, vous ne pouvez plus différencier ce qui se passe à l’intérieur de vous et à l’extérieur. Vivre devient une agression”, dit-il. “Mais quand vous donnez à quelqu’un quelque chose qu’il adore, comme la musique de sa jeunesse, le monde se réduit instantanément” et devient moins menaçant. La musique permettrait ainsi de réduire l’anxiété des patients, sans avoir recours aux médicaments. Car au-delà de la musique, c’est la question plus générale du sort des personnes âgées qu’aborde le film. 

AFP
Mardi 21 Janvier 2014

Lu 68 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs