Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le pouvoir cubain se met à niveau : Après l'économie, le Parti communiste prépare sa réforme politique




Le Parti communiste de Cuba (PCC), parti unique qui a approuvé au printemps les réformes économiques lancées par le président Raul Castro, se prépare à une réforme politique lors d'une "conférence" exceptionnelle, fin janvier, la première depuis la création du PCC en 1965.
Cette conférence vise, selon les autorités cubaines, à implanter un "changement de mentalité" en 50 ans de Révolution, afin de "préserver le socialisme" et accompagner "l'actualisation" du modèle économique cubain calqué sur le système soviétique des années 70.
Certaines mesures phare comme la limite à deux mandats de cinq ans des dirigeants, l'adaptation aux nouvelles technologies de la communication et la lutte contre la corruption figurent à l'ordre du jour des travaux de la conférence prévue le 28 janvier.
"En ce mois de janvier, nous attend la première conférence nationale du Parti, et donc il ne nous reste pas beaucoup de temps pour nous reposer", a lancé Raul Castro en clôture de la seconde session annuelle de l'Assemblée nationale.
Jamais le PCC n'avait réuni de conférence, réunion extraordinaire prévue par les statuts du parti pour étudier des thèmes importants entre les congrès qui ne sont organisés que tous les cinq ans. Les participants à la conférence sont les mêmes qu'au congrès.
A 80 ans, c'est Raul Castro lui-même qui a lancé l'idée de limiter à deux fois cinq ans les mandats des dirigeants, y compris les siens - président du Conseil d'Etat, président du Conseil des ministres et premier secrétaire du Parti communiste. En regrettant que la révolution cubaine n'ait pas su préparer la relève de la génération "historique" des dirigeants, pratiquement tous octogénaires.
Une initiative qui fait figure de révolution dans le seul pays d'Amérique latine à parti unique et dont les dirigeants sont encore ceux qui ont pris le pouvoir en 1959: Raul Castro a été ministre de la Défense durant près de 50 ans avant de succéder au sommet en 2006 à son frère Fidel, retiré pour raisons de santé.
La conférence prévoit également d'étudier une adaptation du parti aux nouvelles technologies de communication, alors que le débat public à Cuba reste maigre, enfermé dans une presse officielle très austère, dont la prudence a aussi été dénoncée par le président.
L'internet à Cuba est réservé à un "usage social" - universités, administrations et quelques rares professionnels - et seuls quelques bloggeurs sont actifs, tant du côté du régime que de l'opposition, avec un lectorat essentiellement international.
La lutte contre la corruption, cheval de bataille de Raul Castro qui l'a récemment jugée "pire que la contre-révolution", sera également à l'ordre du jour de la conférence, sans doute le dernier grand conclave de la génération "historique".
La conférence a été lancée le 14 octobre avec la publication d'un document de base de 98 propositions discutées au sein de réunions de cellules du PCC qui regroupe officiellement quelque 800.000 militants, pour une population de 11,2 millions d'habitants.
Au cours de ces 65.000 réunions, 78 propositions ont été modifiées et cinq ajoutées, a indiqué le vice-président cubain et second secrétaire du PCC, José Ramon Machado. "Ce processus de discussion a contribué à démontrer nos forces et nos faiblesses", a-t-il commenté la semaine dernière lors d'un plénum du comité central du parti.
"Sans changer de mentalité, nous ne serons pas capables d'entreprendre les changements nécessaires pour garantir la continuité, ou ce qui est la même chose, l'irrévocabilité du caractère socialiste et du système politique et social inscrits dans la Constitution de la république", avait averti Raul Castro le 1er août.
"Débarrassons-nous de la tête des inepties de tous types, n'oublions pas que vient de se conclure la première décennie du 21e siècle, il est grand temps de le faire", avait ajouté le chef de l'Etat devant les députés cubains.

Libé
Lundi 2 Janvier 2012

Lu 725 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs