Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le pouvoir à Kaboul fragilisé par la recrudescence des attentats

Les talibans tuent 15 policiers dans l'ouest




Le pouvoir à Kaboul fragilisé par la recrudescence des attentats
  
Quinze policiers afghans ont été tués par des talibans dans l'ouest de l'Afghanistan, ont annoncé jeudi les autorités locales, nouveau signe de la hausse des violences à un peu plus d'un an du départ de la majorité des forces de l'Otan. Les assaillants ont tendu une embuscade mercredi soir à des policiers dans la province reculée de Farah, sur la principale route qui traverse la région, a précisé à l'AFP le porte-parole du gouverneur de la province, Abdul Rahman Zhuwandi.
"Le convoi de police était venu sur place inspecter une unité de la police routière. 15 policiers ont été tués et dix autres blessés dans les affrontements, qui ont également coûté la vie à plusieurs talibans", a-t-il ajouté. Dans la même journée de mercredi, une série d'attaques des rebelles contre l'Otan, qui soutient le fragile gouvernement de Kaboul, et ses alliés locaux avaient déjà fait au moins 16 morts, dont un soldat américain et de nombreux civils, en plus de faire des dizaines de blessés. Le nombre de victimes civiles du conflit afghan a augmenté de 23% au cours du premier semestre de 2013 par rapport à la même période de l'an dernier, selon un rapport de la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama) rendu public le mois dernier. De janvier à juin, plus de 1.300 civils ont été tués dans ce conflit, d'après ce rapport. Les violences de mercredi interviennent au lendemain d'une visite de deux jours à Islamabad du président afghan Hamid Karzaï qui tente de raviver les discussions de paix avec les talibans à l'approche de la présidentielle d'avril prochain et du retrait des troupes occidentales à la fin 2014. Lors de cette visite, le président Karzaï a demandé au Pakistan voisin, qui entretient des relations historiques avec la rébellion afghane, de convaincre les talibans de se présenter à la table des négociations et de dialoguer directement avec le pouvoir à Kaboul.
Les talibans afghans refusent de parler directement à M. Karzaï, qu'ils considèrent comme une marionnette des Etats-Unis. Les insurgés avaient ouvert brièvement en juin un bureau à Doha, au Qatar, afin de discuter de la stabilisation de l'Afghanistan à l'approche des échéances électorales et sécuritaires, mais cette vitrine à l'étranger avait ulcéré le président Karzaï.

AFP
Vendredi 30 Août 2013

Lu 152 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs