Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le port de Tanger-Med, un fleuron sous étroite surveillance




Le port de Tanger-Med, un fleuron sous étroite surveillance
Devenu un fleuron de l’économie marocaine, le port de Tanger-Med, un des plus grands d’Afrique, poursuit son développement sous étroite surveillance: 500 caméras ou encore 700 capteurs électroniques veillent sur la sécurité de cette installation stratégique du détroit de Gibraltar.
A une quarantaine de km de la ville de Tanger, cette méga-plateforme, inaugurée en 2007 pour un investissement initial de 3,5 milliards d’euros, est désormais une véritable petite ville.
Quelque deux millions de passagers et 700.000 voitures -sans parler des camions- y transitent chaque année, indique à l’AFP sa directrice générale, Najlaa Diouri, lors d’une visite pour un groupe de journalistes européens.
Dans la zone commerciale, ce sont trois millions de conteneurs à être traités annuellement. Une zone est par ailleurs dédiée au constructeur automobile Renault qui dispose d’une usine dans l’arrière-pays tangérois.
Fort de sa situation stratégique à l’entrée d’une des trois voies maritimes les plus fréquentées au monde (plus de 100.000 navires par an, 20% du trafic mondial), Tanger-Med est toutefois confronté à des défis sécuritaires qui ont amené ses responsables à prévoir un imposant dispositif.
Peu après son inauguration, un contrat de 20 millions d’euros a ainsi été signé avec Cassidian, la division défense du groupe européen EADS et, à ce jour, ce sont «plus de 2.000 équipements électroniques» qui ont été déployés, déclare Emmanuel Flory, directeur des programmes de surveillance des frontières et d’infrastructures critiques. S’agissant des «principales menaces», il s’agit du risque terroriste «qui ne peut être écarté pour une structure aussi stratégique» et du trafic de drogue, «avec la proximité d’une région productrice» (le Rif), poursuit-il.
Mais la première d’entre elles reste l’immigration clandestine, avec les côtes espagnoles toutes proches (15 km), relève M. Flory.
Sur Tanger, la majeure partie des candidats à l’exil sont de jeunes Marocains en quête de travail, d’après l’officier de sécurité, Mohamed Amine El Fatmi, qui fait état de 700 tentatives d’intrusion par mois en moyenne sur le site, notamment de personnes tentant de se dissimuler dans des camions.     

AFP
Mercredi 12 Juin 2013

Lu 297 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs