Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le poison de la croyance en la sorcellerie




La stupeur a gagné le Ghana après qu’une femme de 72 ans a été récemment brûlée vive dans la ville portuaire de Tema pour avoir prétendument été une sorcière. Les réactions à son assassinat révèlent comment la pensée des Lumières éclaire de plus en plus les questions culturelles qui sont des obstacles au progrès.
Il y a quelques années, un meurtre similaire aurait été considéré comme une chose normale. Aujourd’hui cependant, un tollé spectaculaire est suscité par les meurtres liés à la sorcellerie. On assiste aussi à un retournement intellectuel des ministres, des associations de femmes, des médias, des éducateurs, des avocats, des associations de droits de l’homme, des institutions publiques et privées, et des ghanéens ordinaires. La puissante Commission des droits de l’homme et de la justice administrative, entre autres institutions, a qualifié « ... les auteurs de ce crime atroce de vrais barbares » et leur crime « ternit considérablement la réputation de la nation en matière de droits de l’homme. »
La croyance en la sorcellerie est un véritable danger pour la survie de la civilisation africaine. Couplée à la pauvreté, elle pourrait être la fin des tentatives de progrès des africains. Les africains qui croient en la sorcellerie le font avec des règles arbitraires et une haine de la liberté et de la rationalité. Les facultés critiques sont affaiblies et cela permet à la sorcellerie de régner dans les affaires de l’Afrique.
L’assassinat de la vieille femme à Tema, une ville moderne censée « intellectualiser » ses habitants, comme le dirait le sociologue allemand Georg Simmel, révèle la lourde tâche éducative qui pèse sur les épaules des activistes, et ce, pour le progrès du Ghana et de l’Afrique. Comment justifier rationnellement une pratique culturelle inhibitrice telle que la sorcellerie, qui remonte à des milliers d’années et ne s’en ira pas? La ville qui est censée montrer plus de rationalité a cessé d’ « intellectualiser ». Elle est devenue irrationnelle, d’où le fait que la prétendue sorcière a été « brûlée par un groupe de cinq adultes, dont l’un est sans doute un pasteur. »
L’incident de Tema renverse l’observation du penseur et maître d’Athènes, Périclès il y a 2.500 ans selon qui « toutes bonnes choses affluent dans la ville ». Dans la mise à mort de la sorcière présumée par le feu, « toutes mauvaises choses affluent dans la ville » apparemment aussi. Si les gens instruits et les ignorants croient à la sorcellerie, qui va résoudre le problème de la sorcellerie?
La croyance en la sorcellerie est intellectuellement et moralement dangereuse. Elle brouille l’esprit africain, ce qui le rend ingérable. Mais les penseurs des Lumières ghanéens tentent d’intellectualiser la réflexion sur cette pratique de manière critique, par les droits de l’homme, l’égalité, la démocratie, les libertés et l’État de droit.
La condamnation à l’échelle nationale de l’assassinat de la femme 72 ans soulève la discorde entre ce qu’on pourrait appeler les « subjectivistes » (Jujus et marabouts médiums, sorciers, éminences grises traditionnelles, spiritistes) et les objectivistes (police, tribunaux, la société civile, les médias de masse). Les subjectivistes croient que certaines personnes dans leur zone affirment posséder des pouvoirs qui permettent d’identifier les sorcières, encourageant ainsi la chasse aux sorcières. Les objectivistes, qui rejettent ce charabia, font valoir qu’ils regrettent que le système judiciaire au Ghana, comme en Afrique, ne poursuive pas les auteurs de tels crimes irrationnels, de manière à avoir un effet dissuasif sur les autres.
Au cœur du problème se trouve la bataille entre l’irrationalité et la rationalité. Les forces de l’irrationalité sont anciennes et pensent davantage avec la partie la superstition du cerveau. Les forces de la rationalité pensent davantage avec la partie objective du cerveau. Les « irrationnels », qui voient la sorcellerie au sein de l’âme de la culture ghanéenne ou de l’Afrique, sont la majorité. Les « rationalistes » (ou les réalistes), qui envisagent la sorcellerie du point de vue du système de justice pénale et identifient les sources de la sorcellerie dans les conditions de vie des gens, sont toujours en minorité.
Comment pouvons-nous résoudre le fiasco de la sorcellerie de la ville de Tema ? Dans l’esprit de la « solution africaine à un problème africain » chère à George Ayittey, nous devons examiner d’autres régions du Ghana pour résoudre la psychose de Tema. La petite ville de Bongo, dans la région Nord-Est du Ghana est l’exemple qui vient immédiatement à l’esprit. Pour résoudre sa menace liée aux suspicions de sorcellerie, l’Assemblée du district de Bongo a formé la des sous-comités de Justice et de Sécurité composés de l’Autorité de police, de la magistrature, et de l’autorité traditionnelle et de certains membres de l’assemblée afin de sensibiliser les gens aux dangers que la croyance en la sorcellerie a pour le progrès.
Bongo n’a pas demandé à des groupes religieux d’aider à résoudre ses problèmes de sorcellerie. Pourquoi? Parce qu’à peu près toutes les croyances de sorcellerie sont perpétuées par les groupes religieux, notamment les églises spirituelles qui se nourrissent de l’insécurité spirituelle des ghanéens superstitieux, dont la plupart vient de leur culture et de leur pauvreté. La petite ville de Bongo fournira, par conséquent, une bonne prescription intellectuelle pour la grande mais fragile Tema dans la manière de faire refluer la peste de la croyance en la sorcellerie.

* Journaliste à l’Expo Times Independent de Sierra Leone
Articles publiés
en collaboration avec www.unmondelibre.org

Par Kofi Akosah-Sarpong *
Mardi 18 Janvier 2011

Lu 493 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs