Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le poète égyptien Ahmed Fouad Najm primé


Lauréat du  8ème Prix international de l’humour



Le poète égyptien Ahmed Fouad Najm primé
La huitième édition du Prix international de l’humour consacre Ahmed Fouad Najm. Le poète  égyptien, connu pour sa verve militante et son talent poétique, a reçu dernièrement le trophée du Prix Bouzghiba-2012.
Une récompense plus que justifiée et méritée, estime l'artiste-peintre et écrivain marocain Abderazzak Razak qui s’estime honoré, en tant qu’initiateur de ce prix, d’attribuer cette récompense à «un grand poète révolutionnaire», dit-il.  Revenant sur ce personnage d’exception, l’écrivain rappelle que «les pamphlets humoristiques (du poète) sur les dictateurs du monde arabe ont séduit la multitude et harangué la foule des protestataires là où ils se trouvent». Aussi, écrit-il sur son blog, «compte tenu de son engagement de progressiste irréductible et de son parcours épineux ainsi que la combativité intellectuelle dont il a fait montre lors du «Printemps arabe», il mérite le 8e  Prix Bouzghiba de l’humour».
Considéré à juste titre comme le chantre des opprimés, Ahmed Fouad Najm est un poète à l’inspiration débordante qui n’hésite pas à foncer chaque fois qu’il est question de défendre la société et en premier lieu les opprimés. Un militantisme doublé d’un courage qui lui a valu bien d’ennuis sans toutefois baisser les bras.  Ahmed Fouad Najm, qui forma un tandem d’une grande influence avec  Cheikh Imam (un luthiste aveugle mais qui avait le don de voir la beauté sublime que charrient les mots bien composés), s’est maintes fois attiré les foudres pour ses positions et critiques (souvent) acerbes et virulentes envers les dictateurs du monde arabe. Ce n’est d’ailleurs pas  un hasard si celles-ci l’ont conduit un jour en prison où il purgea 18 années.
Créé en 2005 à l’initiative de Razak Abderazzak, le Prix international de l’humour sera baptisé du nom du personnage humoristique fétiche Bouzghiba. Il a déjà été décerné à sept personnalités issues d’horizons différents. En l’occurrence la sculpteuse d’origine australienne Patricia Piccinini (prix de démystification), les animateurs du programme-TV «C’Est pas Sorcier» (prix de vulgarisation scientifique), Theo Jansen, le physicien et artiste néerlandais se déclinant du courant le plus influent de l’art cinétique (l’art au service de l’écologie), Zhang Yimou, le metteur en scène chinois qui a supervisé le show inaugural de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin-2008,  Larbi Sebbane (caricaturiste marocain), Derib le roi de la BD suisse et Shah Rukh Khan «the king of Bollywood», rappelle le promoteur du prix.
Il est à rappeler que le premier tome du  livre monographique relatif  au Prix international de l’humour a été publié au Maroc en novembre 2008 dans le but de «jeter une lumière sur l’œuvre  des trois premiers lauréats. Le second consacré aux trois lauréats qui leur ont succédé a été édité en France chez Edilivre en double format  papier et sous forme de livre électronique (E-book)».

Alain Bouithy
Lundi 18 Mars 2013

Lu 830 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs