Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le podcast policier “Serial” tient le monde en haleine




Le podcast policier “Serial” tient le monde en haleine
Pendant 15 ans personne en dehors du  Maryland ne s'intéressait vraiment au meurtre d'une lycéenne originaire de  Corée du Sud par son ancien petit-ami, fils d'immigrés pakistanais. Jusqu'à  "Serial".
Désormais, leur histoire est un phénomène mondial grâce au podcast  hebdomadaire --d'une durée variant de 28 à 53 minutes-- qui revient sur le  meurtre de Hae Min Lee. Son ex-petit-ami Adnan Syed a été condamné à la prison  à vie, mais des éléments font douter de sa culpabilité. Les fans sont "accrocs" et "obnubilés" par l'émission. Ceux qui ont attrapé  le virus au début attendent avec avidité chaque nouvel épisode, diffusé le  jeudi. Les retardataires enchaînent goulument les anciens épisodes. 
Le podcast a été téléchargé plus de cinq millions de fois sur la plateforme  iTunes d'Apple, où il figure dans le Top 10 aux Etats-Unis, au Canada, au  Royaume-Uni, en Australie, en Inde, en Afrique du Sud et en Allemagne.
Entre les épisodes, les discussions sur les médias sociaux font rage. Les  fans disposent de forums de discussion consacrés à "Serial", la blogosphère  s'agite de spéculations sur tel ou tel témoin disant ou non la vérité.
Le podcast est un spin-off de "This American life", une série hebdomadaire  à succès diffusée depuis 1995 sur les radios publiques. Mais le succès de son  dérivé --en version podcast en plus-- a pris les créateurs par surprise. "Nous pensions qu'il évoluerait dans la moyenne du monde du podcast", a  expliqué à l'AFP la productrice Julie Snyder. "Nous espérions de bons scores.  Mais nous ne nous attendions pas du tout à ce qu'autant de personnes écoutent  et s'expriment sur l'émission et y portent autant d'intérêt".
"Et c'est au niveau international. Nous n'avions pas du tout anticipé  cela", a-t-elle poursuivi.
"Serial" est une décoction de journalisme d'investigation, de procédures  judiciaires et de soap-opera, rappelant la tradition du 19e siècle des  romans-feuilletons de Charles Dickens et d'Emile Zola.
Hae et Adnan --tout le monde dans "Serial" est appelé par son prénom par la  journaliste et narratrice Sarah Koenig-- sont des amours de lycée qui ont gardé  leur relation secrète à cause de leurs familles d'immigrés conservateurs. Dans les premiers épisodes, ils sont présentés comme des adolescents  américains parfaits: populaires, bons élèves, ayant un petit boulot à temps  partiel et hâte d'aller à leur gala de fin d'études. 
Mais la romance s'achève par une rupture. Adnan, sous l'emprise de la  colère, étrangle Hae puis, avec un ami, il enterre sa dépouille dans une tombe  de fortune où un passant la découvre trois semaines plus tard.
Du moins, c'est la version du procureur présentée au procès de six semaines  qui a abouti à la condamnation à vie d'Adnan dans une prison du Maryland, où il  se trouve toujours. Il a 32 ans. 

AFP
Vendredi 21 Novembre 2014

Lu 223 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs