Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le “plafond de verre” administratif




Le “plafond de verre” administratif
L’essor de la scolarité féminine et la relative féminisation des professions supérieures n’ont pas supprimé tous les obstacles auxquels se heurtent les femmes pour atteindre les hautes sphères du pouvoir, des honneurs et des rémunérations. La Fonction publique n’échappe pas à ce phénomène, loin s’en faut, puisque le « plafond de verre » y a encore pignon sur rue. Les statistiques que le ministre chargé de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration vient de décliner devant ses pairs réunis à Amman à l’invitation de l’Organisation arabe du développement administratif en sont d’ailleurs la plus parfaite des illustrations. En effet, le taux de féminisation de la Fonction publique marocaine n’a atteint que 39,40 % et seules 17% de femmes occupent des postes de responsabilité. 
«Plafond de verre»?  Cette métaphore apparue aux Etats-Unis à la fin des années 1970 pour désigner l’ensemble des obstacles qu’elles rencontrent pour accéder à des postes élevés dans les hiérarchies professionnelles, si elle n’explique pas ce phénomène récurrent, a au moins le mérite d’être parlante dans le cas d’espèce. Tout se passe, en effet, comme si un plafond invisible empêchait les fonctionnaires femmes de grimper les échelons jusqu’à l’ultime marche. La véritable donnée qu’on aurait donc voulu voir le ministre aborder est de nous expliquer pourquoi, à compétences égales, la progression professionnelle des femmes se trouve contrariée par rapport à celle des hommes. Ceci d’autant plus que nulle étude sérieuse n’a été entamée par son département pour explorer, de façon approfondie et systématique, les dynamiques de genre au sein de «l’aristocratie des fonctionnaires», c’est-à-dire parmi les titulaires des postes de pouvoir dans les directions des ministères, le ministre s’est contenté d’énoncer quelques statistiques qui, même mises bout-à-bout, ne permettent nullement d’en comprendre les tenants et les aboutissants ou d’en tirer une quelconque conclusion. Mais pour ce faire, il aurait fallu qu’il ait l’ambition de prendre le problème à bras-le corps et d’articuler autour de la question genre, l’ensemble de sa stratégie visant la modernisation d’un département qu’il sait résister fortement à toute réforme sérieuse depuis l’aube de l’Indépendance. En a-t-il l’ambition et les moyens ?


J.R
Mercredi 19 Novembre 2014

Lu 283 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs