Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le personnel médical fait valoir ses revendications

Le Bureau syndical FDT du CHU Ibn Rochd monte au créneau




Le personnel médical fait valoir ses revendications
Le bureau syndical des fonctionnaires du Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd relevant de la FDT a dressé un diagnostic  concernant les conditions de travail au sein des services du CHU. Lors de la réunion avec le directeur général tenue  le 5 décembre et à laquelle ont pris part également le directeur du Centre, celui de l’hôpital d’enfants Abderrahim Harouchi ainsi que le staff administratif, il n’en a pas moins  fait valoir une bonne dizaine de revendications aussi importantes les unes que les autres.
Dans  son  communiqué rendu public, le bureau syndical du CHU demande, en premier lieu, de régulariser la situation matérielle de certains  administrateurs, des fonctionnaires  ayant bénéficié de promotion et de rendre justice  au personnel de la catégorie des administrateurs assistants.
Le bureau syndical appelle aussi à ce que soient trouvées les solutions appropriées aux mutations, à œuvrer en vue de promouvoir les fonctionnaires qui remplissent les conditions requises et à rationaliser la gestion  des ressources humaines.
Parmi les  revendications urgentes présentées par ledit bureau,  les personnels médical et paramédical  demandent que leur soit garantie  la protection suffisante contre les agressions dont ils sont victimes dans l’exercice de leurs fonctions.
Rendre justice et encourager les cadres honnêtes en vue de parvenir à une  meilleure qualité des services de santé rendus aux citoyens et pallier le manque criant et chronique au niveau des ressources humaines sont autant de requêtes que le Syndicat national de la santé publique n’a cessé de présenter.
Dans ce cadre, il y a lieu de rappeler  que tout au long des vingt dernières années, le nombre global des infirmiers au Maroc  n’a jamais  dépassé dans les meilleurs des cas 26.000.  En chiffre, cela se traduit par 8 infirmiers pour 10.000 habitants.  A titre comparatif, l’Algérie voisine compte 22 infirmiers pour 10.000 habitants, autrement le Maroc affiche un déficit de 42.000.
En dernier lieu, appel a été adressé aux ministères de la Santé et des Finances pour créer des postes budgétaires  pour remplacer les fonctionnaires partis à la retraite.

Larbi Bouhamida
Jeudi 12 Décembre 2013

Lu 656 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs