Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le personnel du bureau de liaison de la MINURSO à Dakhla transféré à Aousserd

Hassan Boukili Le Plan d'autonomie répond aux intérêts et aux attentes des populations du Sahara marocain




L'Onu a annoncé mardi avoir fermé à la demande du Maroc son bureau de liaison à Dakhla et évacué les trois observateurs militaires qui en avaient la charge.
Les trois observateurs ont été transférés lundi à Aousserd, a précisé le porte-parole adjoint de l'Onu Farhan Haq. Rabat leur avait donné 72 heures pour partir.
«C'est la première demande (marocaine) visant directement la composante militaire» de la Minurso, a souligné le porte-parole.
Le Maroc a déjà expulsé dimanche la majeure partie des experts civils internationaux de la Minurso, soit 73 personnes. Elles ont été installées à Las Palmas (Canaries) ou sont rentrées en congés dans leur pays d'origine.
L'expulsion des observateurs militaires de Dakhla «rendra plus difficile le dialogue direct» avec l'armée marocaine, notamment pour surveiller le cessez-le-feu instauré en 1991, a noté le porte-parole.
Selon des diplomates, les Etats-Unis préparent un projet de déclaration du Conseil de sécurité qui appellerait à faire baisser la tension et à trouver une solution mais sans prendre parti pour l'un ou l'autre camp.
La France de son côté a engagé des contacts intensifs pour rétablir un dialogue entre l'ONU et Rabat.
Saisi de l'affaire jeudi dernier, le Conseil de sécurité n'avait alors pas réussi à adopter une position commune, laissant à chacun de ses membres le soin de traiter individuellement avec le Maroc pour tenter d'apaiser cette querelle qui a pour origine des déclarations attentatoires à la souveraineté du Royaume faites au début du mois de mars à Tindouf par Ban Ki-moon.
A signaler, par ailleurs, que Hassan Boukili, adjoint de l'ambassadeur représentant permanent à Genève a affirmé mardi devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, que le Plan d'autonomie répond aux intérêts et aux attentes des populations du Sahara marocain, en tant que solution sérieuse et crédible à ce différend régional soutenue par la communauté internationale.
«L'expérience marocaine pionnière en matière de décentralisation et de régionalisation avancée ainsi que la solution d'autonomie des provinces du Sud sont la consécration d'une riche expérience pour renforcer la démocratie locale et satisfaire les attentes des populations des 12 régions marocaines», a-t-il déclaré en substance.
Ce sont ces objectifs stratégiques qui sous-tendent la proposition marocaine d'autonomie pour la région du Sahara, voulue par la population locale et bénéficiant du soutien de la communauté internationale, a rappelé le diplomate en réaction à des allégations de la délégation algérienne sur la situation au Sahara.
Il a dans ce contexte rappelé les grands projets structurants récemment lancés par S.M le Roi Mohammed VI à Dakhla et Laâyoune, des projets qui sont de nature à promouvoir les conditions économiques et socioculturelles d'une vie citoyenne prospère, solidaire et attachée à l'unité du pays. Ils constituent, a-t-il dit, «la meilleure réponse aux allégations calomnieuses de nos adversaires sur la situation des droits de l'Homme dans les Provinces du Sud du Royaume».
«N'en déplaise à ses adversaires, a-t-il poursuivi, le Maroc poursuit avec détermination sa dynamique de réformes démocratiques visant la consolidation de l'Etat de droit, l'élargissement de l'espace des libertés, le renforcement de l'arsenal législatif et institutionnel en matière des droits humains et la consolidation de la culture des droits de l'Homme sur l'ensemble de son territoire national».
Il a également relevé qu'une telle dynamique contraste avec la situation des droits de l'Homme en Algérie et dans les camps de Tindouf, où les violations des droits de l'Homme persistent et s'aggravent depuis 40 ans. Les populations séquestrées dans ces camps sont privées de leurs droits les plus élémentaires, y compris le droit d'être recensées et  enregistrées par le HCR et le droit d'être protégées contre le pillage de leurs aides humanitaires.
«Les droits de l'Homme sont beaucoup plus protégés au Sahara marocain que dans plusieurs régions, en mal d'autodétermination et d'autonomie en Algérie», a-t-il fait observer.
M. Boukili a en outre réitéré l'appel du Maroc au Haut-commissaire aux droits de l'Homme, au Conseil des droits de l'Homme et ses mécanismes, ainsi qu'aux ONG internationales, toujours collectivement interdites d'accès en Algérie, de prendre en charge et d'investiguer sérieusement sur ces violations des droits de l'Homme.
Dans le même contexte, il a souligné que le Maroc se réjouit de l'esprit de fraternité et de solidarité qui caractérise ses partenariats avec les pays africains frères, qui posent les jalons d'une Afrique stable, solidaire et prospère, favorisant la promotion et la protection des droits humains. «Le règlement du différend régional sur le Sahara marocain, sur la base de l'initiative d'autonomie, permettra d'élargir ces partenariats économiques et de renforcer la paix et la sécurité, au profit des pays du Maghreb», a-t-il conclu.

Jeudi 24 Mars 2016

Lu 2450 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs