Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le patrimoine forestier victime de la langue de bois


Le Haut
commissaire devant les députés



Le patrimoine forestier victime de la langue de bois
Le patrimoine forestier est sujet depuis trop longtemps déjà à une dangereuse spéculation et à une mauvaise gestion parfois douteuse qui ne serait pas, non plus, pour arranger les choses. Aussi le Groupe socialiste à la Chambre des représentants a-t-il vu juste en demandant et en obtenant la tenue d’une réunion de la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement avec la participation très remarquée des députés socialistes Mellahi et Bounouari. Ces derniers ont demandé la convocation du haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification devant ladite commission  au vu de la détérioration du patrimoine forestier lors des dernières années et  l’intérêt que lui portent le tissu associatif en particulier et  l’opinion publique en général. D’autant plus que le Haut commissariat a lancé dernièrement une stratégie nationale visant  la délimitation et la conservation foncière du domaine forestier. En effet, le Haut commissariat aux forêts n’a pas cessé de rappeler que le domaine forestier est la propriété de tous les Marocains dans le respect de la réglementation en vigueur, il n’en reste pas moins vrai que cette langue de bois ne convainc plus personne. Surtout les habitants des régions montagneuses où se trouvent la plupart des forêts ainsi que les associations actives dans le secteur de la protection de l’environnement.
Pour de nombreux spécialistes, l’abattage effréné, le surpâturage et les incendies sont des facteurs prépondérants dans la détérioration du patrimoine forestier national. On se rappelle  que l’année 2010 a été déclarée en fanfare comme l’année de la protection de l’environnement et une entrée en matière pour protéger la forêt marocaine, il n’en fut rien depuis. De scandale en scandale, le domaine forestier est pillé au vu et au su de tout le monde. Entre les chiffres officiels trop optimistes, les discours creux du Haut commissariat aux eaux et forêts et l’amère réalité, il existe un large fossé. Quoi que l’on dise, quoi que l’on prétende, la forêt marocaine est maltraitée. Malmenée. Martyrisée. Elle mérite assurément une plus grande attention et un véritable  combat contre une mafia de l’or vert trop puissante  pour qu’elle soit éradiquée  par une langue de bois qui n’a que trop duré.

Kamal Mountassir
Lundi 14 Janvier 2013

Lu 454 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs