Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le paracétamol montré du doigt dans le décès de Zakaria Zérouali : Et si c’était le paludisme ?




Le paracétamol montré du doigt dans le décès de Zakaria Zérouali : Et si c’était le paludisme ?
Que feu Zakaria Zérouali repose en paix ! Sa disparition n’a pas fini, cependant, de susciter quelques interrogations plus ou moins fondées.
Le docteur Abderrazak Hifti, médecin de l’équipe nationale de football et du WAC, a lancé un véritable pavé dans la mare au risque de faire bien des remous dans le monde du football, mardi au début  de  la  séance  d’entraînement  des Lions de l’Atlas qui  a  suivi la  conférence  de  presse  d’Eric  Gerets  au  Grand  Stade  de  Marrakech.  
En effet, le docteur Hifti, s’exprimant, sur la  disparition  du  joueur  du  Raja  Zakaria  Zérouali  33 ans, décédé dans la nuit de dimanche à lundi, ne s’est pas départagé d’un certain scepticisme quant à la véritable raison, qui  selon le docteur du club des Verts, Mohamed Arsi, est mort à la suite d'une intoxication médicamenteuse après une excessive prise de médicaments pour traiter une fièvre tenace (plusieurs boîtes de paracétamol). L’hypothèse avancée par le responsable du staff médical rajaoui, semble peu crédible aux yeux de Hifti. Connu pour son franc parler, le responsable du staff médical des Lions de l’Atlas n’y est pas allé de main morte en soulevant les circonstances peu claires d’après lui, du décès de Zakaria Zérouali qui a été inhummé mardi au cimetière Al Mohammmadi de Berkane sa ville natale.
Le docteur Hifti déplore la légèreté de la gestion du cas de Zakaria Zérouali. L’élégant latéral gauche du Raja avait été admis une première fois dans une clinique pour en ressortir quelque temps après.  C’est Amine Erbati inquiet de son absence aux entraînements, qui l’y avait transporté après l’avoir trouvé dans un état déplorable. Traité sans que l’on soit allé au fond des choses, pour ne pas dire superficiellement, Zakaria retounait de suite après dans une autre structure hospitalière, fatalement.
Plusieurs raisons pour le moins brouillonnes prêtant à la suspicion ont alors été avancées. Le staff médical a d’abord envisagé une hépatite sévère et brutale dont l’origine pouvait être toxique avant de se raviser et préférer la thèse d’une surdose de médicaments, réfutant et balayant du coup et sans que cela ne soit demandé, toute probalité d’une éventuelle maladie  infectieuse des climats chauds et humides qu’ont récemment côtoyés les joueurs du Raja inscrits en Ligue des champions  telle que le paludisme, ou autre dengue. Un côté superficiellement pris en compte selon Hifti, surtout après un séjour en Afrique. «Un joueur qui  souffre  de  fièvre  doit  être  pris  au  sérieux, car  en  réalité  on  ne  peut  pas  se  cacher  derrière  des  diagnostics  d’élimination ».  C’est tout dire !

Mohamed Jaouad Kanabi
Jeudi 6 Octobre 2011

Lu 3755 fois


1.Posté par NISRINE le 10/10/2011 20:09
LAH IYAKHOUD FIHOUM L7A9 LITSSABBOU FLMOUT DYAL LA3IB DYALNA INA LILAH WA INA ILAWHI RAJI3OUNE

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs