Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le nouveau port de Safi continue à faire des vagues


Rebbah évite les questions qui fâchent



Le nouveau port de Safi continue à faire des vagues

Abdelaziz Rebbah persiste et signe. La passation du  marché public du port de Safi a été  régulière et, du coup,  il n’y aura pas d’annulation du marché adjugé au groupe SGTM avec une offre financière de 3,72 milliards de DH, soit 30 millions de DH de moins que la Somagec (3,75 milliards de DH). Selon lui, les doutes sur la conformité de ce marché dont le budget avoisine les 4 milliards ne sont que des rumeurs colportées par les autres sociétés soumissionnaires dont les offres de prix n’ont pas été retenues.
Le ministre de l’Equipement et du Transport a indiqué, lors d’une séance des questions orales devant la Chambre des représentants,  qu’il a été surpris par ces rumeurs relayées par certains organes de presse alors qu’il s’agit, selon lui, d’un dossier  purement administratif et qui devra être débattu au sein des administrations concernées dans le respect de leurs prérogatives.  A ce propos, il a déclaré que la passation de ce marché a été effectuée en concertation avec le ministère des Finances. « Il est vrai que les interprétations divergent entre nous mais tout cela sera tranché prochainement», a-t-il lancé.
Le ministre va même plus loin. Il estime que c’est honteux que la presse s’en prenne à un tel sujet.  Des propos qui laissent perplexe d’autant qu’elles viennent d’un ministre qui fait de la transparence son cheval de batail.
 Abdelaziz Rebbah est, semble-t-il, dans l’embarras et, du coup, il a préféré esquiver les questions qui fâchent en accusant la presse de jouer le pyromane alors qu’il s’agit du premier projet soumis aux exigences de la nouvelle circulaire relative à la préférence nationale mise en place par lui-même.
En effet, nombreuses sont les interrogations qui demeurent sans réponse et que l’intervention du ministre n’a pas dissipé les doutes qui planent sur cette affaire.  Des doutes qui trouvent leur justification dans la note envoyée par le ministère de l’Economie et des Finances et qui contient pas moins de 30 observations sur les infractions  qui ont truffé la procédure d’appel d’offres relative au projet de construction du port du Safi.Rebbah n’a pas jugé utile d’y apporter réponse, se contentant de les qualifier de remarques à caractère purement administratif. Il n’a pas jugé opportun non plus de  répondre aux recommandations de ladite note qui a appelé à  revoir la procédure de passation de ce marché et le lancement d’un nouvel appel d’offres, en se basant sur l’aliéna D de l’article 46 du décret régissant les marché publics.
Une situation plus que douteuse du fait que les dispositions de l’article 47 concernant les réclamations des concurrents et l’arrêt  des procédures n’ont pas été respectées. En effet, l’article en question stipule que : «  Tout concurrent peut saisir le maître d’ouvrage concerné par écrit s’il constate que l’une des règles de la procédure de passation des marchés, prévue par le présent décret, n’a pas été respectée.  La réclamation du concurrent doit être introduite entre la date de la publication de l’avis d’appel d’offres et sept jours après l’affichage du résultat de l’appel d’offres. Il en est de même lorsqu’un concurrent évincé conteste les motifs de l’élimination de son offre par la commission et qui ont été portés à sa connaissance par le maître d’ouvrage en application de l’article 45. Dans ce cas, la contestation du concurrent doit intervenir dans les dix jours à compter de la date de réception de la lettre recommandée visée à l’alinéa 2 du paragraphe 2 de l’article 45. Le maître d’ouvrage fait connaître, au concurrent concerné, la réponse réservée à sa réclamation dans un délai de sept jours à compter de la date de la réception de ladite réclamation. Si le concurrent n’est pas satisfait de la réponse du maître d’ouvrage, il peut saisir le ministre concerné ». Or, selon certains sociétés soumissionnaires, aucune réponse n’a été transmise à qui que ce soit bien que leurs réclamations aient été présentées dans les temps et les formes impartis.
A rappeler qu’après plusieurs reports et suite à une réunion marathon tenue le  jeudi 6 décembre à la Direction des ports, la commission d’adjudication a octroyé au groupe SGTM  la construction du nouveau port de Safi avec une offre financière de 3,72 milliards de DH, soit 30 millions de DH de moins que la Somagec (3,75 milliards de DH). L’offre du groupe Archirodon a été  classée troisième avec 3,9 milliards de DH suivie de celle du coréen Daewoo avec 4,7 milliards de DH.

Hassan Bentaleb
Mercredi 6 Février 2013

Lu 1585 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs