Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mythe des ressources sous-utilisées




Aux USA le Federal Open Market Committee a annoncé le 3 novembre son intention d'acheter, en « imprimant » de la monnaie, 600 milliards de dollars d'obligations d'Etat à long terme au cours des 6 prochains mois. Le président Bernanke assure que cet « assouplissement quantitatif » est nécessaire pour aider une économie qui souffre d'un « niveau très élevé de sous-utilisation des ressources ». En d'autres termes, il y a beaucoup de sous-emploi, du travail comme du capital, et il faudra un choc énorme de relance monétaire pour que ces « ressources inactives » redeviennent productives.
Cette injection massive d'argent est censée fonctionner comme suit : l’achat de bons du Trésor fera augmenter le cours de ces derniers et baisser leur rendement - et donc les taux d'intérêt à long terme en général. (Rappelons que la relance monétaire précédente a déjà poussé les taux à court terme à un niveau proche de zéro.) Des taux d'intérêt plus bas signifient que le capital d'investissement sera encore moins cher qu'il ne l'est déjà, orientant ainsi des ressources financières oisives dans des activités productives génératrices d’emploi. Et parce que tout l'argent frais commence sa vie comme réserves de banque, les banques seront en mesure d'accorder de nouveaux prêts.
Les keynésiens insistent sur le fait que ce genre de relance massive est la dernière arme dont disposent les autorités monétaires dans leur lutte pour remédier au chômage. Il s'agit d'une solution à court terme : tous les économistes se rendent compte que faire tourner la planche à billets ne donne pas vie à de nouveaux produits ou services, et même pas Keynes lui-même ne dirait que faire tourner la planche à billets est une recette pour la prospérité à long terme. Mais l'impression d’argent frais peut-elle induire les entrepreneurs à augmenter leur production? Peut-elle rendre des ressources non-employées soudainement employables? La réponse dépend des raisons pour lesquelles ces ressources étaient au départ devenues non-employées – ou « sous-utilisés » dans le langage de la Fed. C'est précisément la question que les économistes autrichiens se posent : qu'est-ce qui a cloché dans l'économie, à tel point que tant de ressources ne sont aujourd’hui pas utilisées? En abordant cette question cruciale, seule la perspective autrichienne parvient à disséquer correctement le concept même de « sous-utilisation » et d'offrir une critique cohérente de cette relance monétaire.
Déconstruisons cette notion de « sous-utilisation » de ressources. Les ressources ne sont telles que dans la mesure où elles ont une valeur ou une utilité pour quelqu'un. Les ressources, à proprement parler, sont des composantes d'un vaste plan d'action d'entrepreneurial qui donne vie à des marchandises en plus grande quantité ou de meilleure qualité que les gens peuvent utiliser pour améliorer leur vie. Toutes les choses ne sont pas des ressources - des choses qui ne peuvent être utilisées pour améliorer la vie ne sont pas les ressources, mais seulement des objets ; des choses qui étaient autrefois des ressources, mais sont maintenant usées, obsolètes, ou ont perdu leur utilité ne sont pas les ressources, mais simplement du rebus.
Le contexte compte quand nous parlons de ressources. Le simple fait qu'un bien a été produit à un moment donné et vendu à un certain prix ne signifie pas qu'il est toujours aussi précieux que ce qui était initialement prévu. Par exemple, si j'ai pris la peine d'engraisser 100 bouvillons dans l'espoir de vendre 50 tonnes de viande de bœuf, pour découvrir par la suite que tout le monde est devenu végétarien entre temps, la viande que j'ai produite, ne sera pas une ressource économiquement parlant ! Pas plus que le matériel de production de viande bovine, les outils et les connaissances dans lesquels j'ai investi, n’ont la même valeur pour moi une fois que j'ai découvert l’état véritable des préférences alimentaires des gens. Alors que certains équipements d’élevage pourraient être convertis à d'autres usages, la majeure partie - comme les barrières de contention utilisées pour soigner et marquer le bétail - est très spécifique à la production bovine et ne vaudrait pas plus que sa valeur de ferraille dans un monde où personne ne voudrait pas consommer du bœuf. Mon projet de devenir un éleveur s'est avéré une grosse erreur entraînant une perte sur investissement. Perdre sur un investissement signifie qu’un gaspillage économique a eu lieu - dans une certaine mesure, des ressources ont été transformées en rebus.
Cet exemple peut sembler ridicule, mais est-il vraiment tiré par les cheveux? Il était hautement improbable que les préférences des gens allaient changer si radicalement, ou que les entrepreneurs soient si mauvais à prévoir les tendances du marché. Mais une influence externe assez forte peut induire assez d'entrepreneurs à avoir une lecture erronée de l'état réel du marché, de telle sorte qu'ils deviennent trop optimistes et investissent trop. Si, par exemple, les politiciens ont pour but de relancer l'industrie du bœuf et de promouvoir la consommation de bœuf, et lancé politique sur politique durant des décennies - un labyrinthe mêlant subventions, allégements fiscaux et crédit bon marché, ils pourraient générer un boom d’investissement en production de viande bovine. Le boom, cependant, serait destiné à se terminer dès que la politique change ou, plus probablement, que la sursaturation du marché est devenue évidente.
A ce stade, avec la baisse des prix du bœuf et une capacité excédentaire de production de viande bovine désormais apparente, les forces du marché évinceront les producteurs marginaux du secteur et induiront même les grands opérateurs bien établis à réduire leur production. Quant aux ressources désormais « sous-utilisées », il faudra un certain temps et beaucoup de travail supplémentaire pour recycler les barrières de contention excédentaires, pour convertir les pâturages pour le bétail en d'autres cultures, et pour que les éleveurs réticents finissent par accepter des emplois à la ville comme laveurs de carreaux, téléopérateurs, vendeurs etc.
La valeur du capital - à la fois les biens d'équipement, c’est à dire le capital physique, et les connaissances, l'expérience et la formation, c’est à dire le capital humain - dépend de manière cruciale de la façon dont il s'intègre dans la structure des demandes réelles des consommateurs et dans la structure du capital complémentaire existant ( à la fois physique et humain). C'est précisément ce type d'interdépendances entre les différents types de ressources que les économistes mainstream ont tendance à négliger. Pourtant, l'ampleur des pertes économiques révélée par la récente crise financière et la récession rend le mal-investissement (gaspillage) des ressources difficiles à ignorer. Même à la Fed, certaines personnes paraissent comprendre la pertinence de la structure des ressources en capital, par opposition à de simples quantités ou des valeurs exprimées en dollars. Comme Naranya Kocherlakota, président de la Fed de Minneapolis, l’a récemment déclaré: « la Fed n'a pas les moyens de transformer la main d’œuvre du BTP en main d’œuvre d’usine ... La plupart du chômage existant représente un mésappariement qui ne peut être facilement solutionné par la politique monétaire. »
En d'autres termes, aucune quantité de monnaie nouvellement imprimée ne changera la relation réelle d'un objet particulier de son contexte économique. Mais le terme « mésappariement » implique que des erreurs ont été commises – des erreurs d’entrepreneurs - et pose ainsi la question : qu'est-ce qui a mal tourné pour causer des erreurs si importantes en premier lieu ? Encore une fois, la théorie autrichienne du capital fournit la réponse : la Fed elle-même, avec son argent bon marché, couplé à une foule de politiques publiques du « logement abordable », a sévèrement sur-stimulé le marché de la construction de logements dans les années du boom.
Les entrepreneurs ont toujours de nombreuses options pour employer leur temps, leur travail et leur capital. Pendant le boom immobilier, l'augmentation extraordinaire des prix des logements par rapport aux coûts de construction a transformé des projets comme la construction de maisons neuves ou l’achat puis la revente d’appartements en une occasion de profit évidente. Suivant les signaux de prix, les gens ont élargi leurs investissements de manière appropriée : de jeunes entrepreneurs ont appris la gestion des biens immobiliers et de la construction, et les nouveaux travailleurs ont appris les métiers de la construction ; des sociétés de construction ont été lancées et les entreprises existantes se sont étendues, achetant des nouveaux équipements, comme les pistolets de scellement, des scies circulaires, ou des camionnettes ; en amont les fournisseurs ont de même augmenté leurs investissements dans des choses comme les cimenteries, les plantations de bois, scieries, etc.
Indépendamment du fait que ces travailleurs et ces entrepreneurs étaient conscients de la nature temporaire de ce boom, induit par le crédit bon marché et par les subventions, l'attrait des prix élevés et des profits élevés s'est avéré irrésistible. Rétrospectivement, il est facile de voir comment la politique d'argent bon marché de la Fed, couplée à une série de subventions du gouvernement pour les acheteurs et les prêteurs, ont ouvert la voie à un boom insoutenable - un boom qui ne correspondait pas à la demande réelle des consommateurs à long terme et dont le crédit qui la finançait n'était pas entièrement compensé par de l’épargne réelle. Néanmoins, la flopée d'interventions politiques sur le marché du logement a orienté ces entrepreneurs pendant des années avant que la correction inévitable du marché ne se produise. Le résultat net a été que des capitaux d’investissement trop importants se sont dirigés vers la construction de maisons, et pas assez dans d'autres activités économiques - une erreur de proportion importante.
La crise de l'immobilier a révélé que la plupart des investissements en capital de la période du boom - des camions de béton aux vendeurs spécialistes d’immobilier - étaient en fait des «mal-investissements » dont la valeur s'est avérée être moindre (dans certains cas beaucoup moindre) que prévu. Les ressources en capital créées pour construire des maisons sont, à des degrés divers, mal adapté à d'autres tâches. Elles seront nécessairement sous-utilisés par rapport à l'ère du boom, précisément parce qu'elles ont perdu de la valeur (utilité) à la lumière de la nouvelle réalité économique. En effet, la réalité économique dans l’effondrement du marché indique que beaucoup de ces ressources devront être réaffectées d'autres façons pour être productives, comme l'atteste le marché du logement surdimensionné. (Selon les chiffres de la National Association of Realtors, il y avait entre 1,02 et 1,77 millions de maisons en trop en Septembre sur le marché américain.)
Mais cet ajustement prend du temps, et plus la ressource est spécialisée, plus longue est l'attente. Certains camions bétonniers peuvent être envoyés à l'étranger ou convertis à d'autres usages industriels, mais nombreux seront simplement mis au garage, en attendant le prochain boom, ou alors envoyés à la casse. En effet, dans certains cas, lorsqu'une ressource particulière perd de son utilité, la laisser oisive peut devenir son « utilisation » optimale. De même, la main-d'œuvre de construction peu qualifiée et excédentaire peut peut-être trouver un emploi en faisant la plonge, mais les artisans qualifiés, les ingénieurs et les gestionnaires de chantier doivent se recycler pour trouver des emplois différents qui correspondent à leurs gains de l'époque du boom. Il n'est pas surprenant que certains choisissent d'attendre (et de recevoir des prestations de chômage) plutôt que de risquer le recyclage. Pour ceux qui ont jeté l'éponge sur une carrière dans la construction, la reformation et le réemploi peuvent prendre des années. Aucune quantité de monnaie imprimée ne peut changer cette réalité.
Les efforts politiques pour « stimuler » l'activité économique vont nécessairement modifier la structure du capital de l'économie. La relance publique pour le secteur Z détourne nécessairement les ressources que le marché aurait fournies aux secteurs A à Y. Même une relance non-spécifique, si tant est que cela soit possible, ne relancera que la mode d'investissement du jour : une politique publique « neutre » n’existe pas. L'implication politique majeure de la théorie autrichienne du capital est que toute tentative visant à relancer l'économie, en stimulant le mal-investissement, condamne des ressources à devenir superflues. D'un point de vue statistique cela peut ressembler à une sous-utilisation ; d'un point de vue économique cependant, cela est tout simplement le gaspillage résultant de trop nombreux plans d'investissement qui ont mal tourné. Tenter de remédier au gaspillage par une relance de plus ne fera qu'exacerber le problème : davantage de relance, davantage de mal-investissement, davantage de ressources gaspillées.
Alors, que doivent faire les sages et généreux planificateurs centraux de la politique monétaire ? De manière ironique, la politique monétaire optimale est de ne pas en avoir ! Mais de laisser le processus de marché concurrentiel fonctionner pour la monnaie et de crédit comme ils le font pour d'innombrables autres produits. Si nous devons avoir une banque centrale, la politique idéale est simple: d'abord, ne pas nuire en s'abstenant de sans cesse trifouiller les taux d'intérêt et la masse monétaire dans une tentative de relance perpétuelle. En dépit de la logique séduisante des médecins keynésiens, imprimer de la monnaie tient du charlatanisme breveté, et fait plus de mal que de bien au patient.

* Professeur d’économie à Ball State University aux USA.
Articles publiés en collaboration avec www.unmondelibre.org



Par Tyler Watts *
Vendredi 26 Novembre 2010

Lu 601 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs